"L'instant Chirac" d'Emmanuel Macron en visite à Jérusalem

"L'instant Chirac" d'Emmanuel Macron en visite à Jérusalem
Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Pierre Michaud
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Comme son préédecesseur en 1996, le président français s'est emporté mercredi contre un service d'ordre israélien un peu trop présent à proximité des enclaves françaises de Jérusalem.

PUBLICITÉ

Les décennies passent, les présidents français se succèdent, mais les mêmes tensions restent à chaque visite officielle à Jérusalem. Emmanuel Macron, comme Jacques Chirac il y a 24 ans, s'est emporté ce mercredi alors qu'il s'apprêtait à pénétrer dans l'église Sainte-Anne de Jérusalem, l'un des quatre territoires français de la ville, offerte par l'empire Ottoman en 1856.

"Nous connaissons parfaitement les règles, tout le monde les connait. Je n'ai pas apprécié ce que vous avez fait devant moi. Sortez ! Je suis désolé mais il y a des règles à respecter. Personne ne doit provoquer personne ici, d'accord ? Nous avons fait une marche magnifique, vous avez fait un excellent travail dans la ville, j'ai apprécié, messieurs. Mais, s'il vous plaît, respectez les règles établies depuis des siècles. Elles ne changeront pas avec moi, je peux vous l'assurer. C'est la France ici, tout le monde connaît la règle, merci."
Emmanuel Macron
22/01/2020

En 1996, le président Jacques Chirac avait vécu pareille mésaventure s'emportant contre un important dispositif de sécurité israélien qui refusait de lui laisser serrer les mains de Palestiniens.

"Quel est le problème ? Cela devient usant, que voulez-vous ? Que je reprenne mon avion et que je rentre en France ? C'est ce que vous voulez ? Laissez les faire, il n'y a pas de danger, pas de problèmes. Ce ne sont pas des méthodes, c'est de la provocation."
Jacques Chirac
22/10/1996

Signe que la présence française provoque des tensions à Jérusalem, un autre accrochage entre les services de sécurité français et israélien avait eu lieu quelques heures avant l'arrivée d'Emmanuel Macron sur le site.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël affirme avoir intercepté 99 % des drones et missiles lancés par l'Iran

Aide humanitaire : selon l'ONU, Gaza est en pénurie extrême de nourriture et d'eau

Après six mois de guerre à Gaza, Israël a retiré ses troupes du sud de l'enclave