DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : Wuhan, ville fantôme

euronews_icons_loading
Coronavirus : Wuhan, ville fantôme
Tous droits réservés
.
Taille du texte Aa Aa

Très peu ou pas de voitures sur les routes, des rues quasi-désertes, Wuhan a des allures de ville morte.

Certains magasins sont encore assez bien approvisionnés et plus ou moins achalandés, mais ce n'est pas le cas partout. La situation pourrait encore s'aggraver. Wuhan, où est apparue en décembre le nouveau coronavirus, reste coupée du monde depuis le 23 janvier, tout comme la province environnante du Hubei.

"Tous les magasins et boutiques sont fermés. Honnêtement, c'est de la survie, tout le monde vit au jour le jour. Les gens ne sortent plus. Ils restent assis en attendant qu'un remède soit trouvé", explique un citoyen américain rapatrié de Chine.

À Wuhan, les hôpitaux sont débordés, entre les patients infectés qu'il faut soigner et les centaines de personnes qui affluent pour se faire dépister. Il faut parfois attendre deux jours avant de voir un médecin. Pour pallier le manque de place, deux nouveaux hôpitaux sont en construction dans les environs de la ville. Quatre mille ouvriers travaillent nuit et jour pour sur ce chantier. Plus de 1500 lits médicaux seront installés dans ces infrastructures qui devraient ouvrir au plus tard le 5 février.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.