DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un premier mort du coronavirus à Hong Kong, un premier cas en Belgique

euronews_icons_loading
Un premier mort du coronavirus à Hong Kong, un premier cas en Belgique
Tous droits réservés
Quelle: CCTV
Taille du texte Aa Aa

Le bilan de l'épidémie de coronavirus est désormais de 425 morts et a dépassé les 20 400 cas. Un premier décès a été enregistré à Hong Kong. Un premier cas avéré de coronavirus a aussi été détecté en Belgique en fin de matinée. Le Japon a placé un bateau de croisière et ses 3700 passagers en quarantaine, alors que Dubaï se montre solidaire de Wuhan et l'affiche...

A Hong Kong, l'administration hospitalière a donc annoncé qu'un homme de 39 ans, traité pour ce coronavirus, était décédé mardi matin après avoir vu son état de santé se "détériorer".

Il s'agissait d'un habitant de Hong Kong qui s'était rendu en janvier dans la ville chinoise de Wuhan, épicentre de cette pneumonie virale, avant de retourner dans le territoire semi-autonome le 23 janvier à bord d'un train express.

Le plan d'action de la Chine consiste à envoyer du matériel et du personnel à Wuhan, épicentre de l'épidémie. Des dizaines de médecins militaires ont été envoyés là-bas par avion. Leur présence est nécessaire, les hôpitaux étant toujours débordés, en attendant la mise en service des structures d'urgence encore en chantier.

Selon le Quotidien du Peuple, les premiers malades ont été accueillis lundi dans le nouvel hôpital construit en dix jours. Un autre encore plus grand (1 600 lits) est en construction et devrait ouvrir dans quelques jours.

Alors que la recherche d'un vaccin contre le coronavirus s'accélère, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré qu'un nouveau système était nécessaire pour lutter contre les épidémies, car le monde était "dangereusement mal préparé à une pandémie mondiale" :

"Pendant trop longtemps, le monde a fonctionné selon un cycle de panique et de négligence. Nous jetons de l'argent sur une épidémie, et quand elle est terminée, nous l'oublions et ne faisons rien pour empêcher la suivante".

Dans le reste du monde, la République tchèque est le dernier pays en date à avoir interdit tous les vols à destination et en provenance de la Chine afin d'empêcher la propagation du nouveau coronavirus.

L'Égypte, la Finlande, l'Indonésie, le Royaume-Uni et l'Italie ont tous temporairement suspendu leurs vols vers la Chine continentale.

Les États-Unis, l'Australie et Singapour ont franchi une étape supplémentaire en refusant l'entrée au pays à tous les visiteurs étrangers qui ont récemment mis les pieds en Chine.

L'évacuation de leurs propres citoyens des zones touchées par le virus se poursuit, la plupart sont placés en quarantaine à leur arrivée chez eux. Dans toute l'Europe, les rapatriés doivent passer deux semaines dans des centres de quarantaine improvisés. Un confinement nécessaire jusqu'à ce qu'on leur donne le feu vert.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.