DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nouveau coronavirus : la vigilance est mondiale alors que le bilan dépasse les 900 morts

euronews_icons_loading
Employés et clients d'un supermarché de Wuhan, le 10 février 2020.
Employés et clients d'un supermarché de Wuhan, le 10 février 2020.   -  
Tous droits réservés
STR / AFP
Taille du texte Aa Aa

Le bilan de l'épidémie de coronavirus 2019-nCoV s'est encore alourdi ce lundi avec plus de 900 morts et 40 000 personnes contaminées. En Chine continentale, quatre-vingt-dix-sept nouveaux décès ont été répertoriés, dont 91 dans le Hubei, province du centre du pays dont la capitale est Wuhan, foyer de l'épidémie.

Le président chinois, Xi Jinping, avait d'ailleurs indiqué la veille dans un reportage diffusé par la télévision publique que "l'épidémie au Hubei et à Wuhan reste très grave", en ajoutant qu'il fallait prendre "des mesures plus fortes et décisives pour enrayer résolument l'élan de la contagion".

Sur les images tournées par la CCTV, le numéro un chinois est apparu le visage recouvert d'un masque de protection lors d'une visite dans un quartier résidentiel de Pékin pour assister aux efforts de lutte contre la contagion et visiter un hôpital.

Le virus 2019-nCoV, apparu en décembre sur un marché de Wuhan, a en outre tué deux autres personnes dans le monde, une aux Philippines et une autre à Hong Kong.

Le bilan global de 910 morts dépasse désormais largement celui du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), qui avait fait 774 morts dans le monde en 2002-2003.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de contaminations relevées quotidiennement en Chine se stabilise, mais il est trop tôt pour conclure que l'épidémie a dépassé son pic.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, président de l'Organisation Mondiale de la Santé

Une "mission internationale d'experts" de l'OMS dirigée par Bruce Aylward, vétéran ayant travaillé sur d'autres urgences sanitaires, est partie dimanche soir pour la Chine, a annoncé l'organisation.

"Période de stabilité"

"Nous enregistrons une période de stabilité de quatre jours, où le nombre de cas rapportés n'a pas progressé. C'est une bonne nouvelle et cela pourrait refléter l'impact des mesures de contrôle", a déclaré le responsable des programmes sanitaires d'urgence de l'OMS, Michael Ryan.

En Chine continentale, avec quelque 3 000 cas supplémentaires d'infection annoncés lundi (contre environ 2 600 la veille), le bilan est désormais de 40 171 malades.

Pour le spécialiste américain Ian Lipkin, de l'Université Columbia, l'épidémie pourrait atteindre un pic dans les deux semaines, avant de refluer nettement - même si un "sursaut" est possible lorsque les gens reprendront massivement le travail.

Réunion extraordinaire des ministres européens de la Santé

Les ministres européens de la Santé vont se réunir en urgence jeudi prochain à Bruxelles pour discuter de mesures contre la propagation du nouveau coronavirus dans l'UE, a indiqué le Conseil de l'Union européenne.

Les ministres, qui se réuniront en présence d'un représentant de l'OMS à partir de 10h, devraient tenter de trouver une approche coordonnée face à cette maladie, dont une trentaine de cas ont été recensés dans l'UE.

Ce lundi, Stella Kyriakides, commissaire européenne chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, s'est entretenue avec l'ambassadeur chinois au près de l'UE. Par sa délégation européenne, Pékin a réaffirmé sa volonté d'échanger des informations et de poursuivre sa coopération scientifique avec les pays de l'UE afin de combattre l’épidémie de 2019-nCoV.

Plus de 320 cas de contamination confirmés dans une trentaine de pays et territoires

Cinq nouveaux cas (quatre adultes et un enfant, tous de nationalité britannique) ont été annoncés en France samedi, portant le total à 11 dans le pays. Plusieurs dizaines de tests au nouveau coronavirus, sans nouveau cas détecté à ce stade, ont été réalisés sur les personnes ayant été en contact avec onze Britanniques hospitalisés après un séjour dans le village des Contamines-Montjoie, dans le département de Haute-Savoie, où la ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est efforcée dimanche de rassurer les habitants.

"Il faut leur dire qu'il n'y a aucun risque quand on croise les gens dans la rue, ce n'est pas cela être en contact avec une personne contaminée. Il faut un contact étroit, soutenu, en face de la personne ou un contact charnel, il faut se toucher donc le risque est très faible pour l'ensemble de la population", a-t-elle précisé.

Au Royaume-Uni, les autorités ont annoncé ce lundi quatre nouveaux, ce qui porte à huit le nombre de personnes atteintes dans le pays. Le gouvernement britannique a indiqué que le coronavirus était dorénavant classé en "menace grave et imminente pour la santé publique" en ajoutant que des mesures pour "retarder ou empêcher de nouvelles transmissions du virus" avait été prises.

Matt Hancock, secrétaire d'État britannique à la Santé et à la Protection sociale

Fin de croisière

De nombreux pays musclent leurs restrictions à l'encontre des personnes venant de Chine et déconseillent de s'y rendre. La plupart des compagnies aériennes internationales ont interrompu leurs vols vers la Chine continentale.

Un avion affrété par Londres pour rapatrier environ 200 Britanniques et d'autres ressortissants étrangers a atterri dimanche matin au Royaume-Uni. Trente-huit ressortissants français qui se trouvaient à bord sont arrivés en France peu après et ont été confinés.

AP Photo/Beto Barata
Militaires en tenue de protection prêts à accueillir les ressortissants brésiliens évacués de Wuhan à leur arrivé sur l'aéroport de la base de l'armée de l'air à Anapolis au Brésil, le 9 février 2020.AP Photo/Beto BarataBETO BARATA

Au Brésil, 34 personnes ont été rapatriées de Wuhan et placées en quarantaine sur une base militaire.

A Hong Kong, les milliers de touristes confinés à bord d'un paquebot pendant cinq jours ont été autorisés à débarquer dimanche, les 1 800 membres de l'équipage ayant été testés négatifs.

Les autorités redoutaient que certains membres de l'équipage aient contracté le virus lors d'un précédent voyage et soient devenus contagieux.

En revanche, sur le paquebot "Diamond Princess", un navire de croisière placé en quarantaine dans le port de Yokohama au Japon, 65 nouveaux cas se sont déclarés, portant à 135 le nombre de contaminés à bord.

AP Photo/Eugene Hoshiko
Le "Diamond Princess" cloué à quai dans le port de Yokohama, le 10 février 2020.AP Photo/Eugene HoshikoEugene Hoshiko
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.