DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Bras de fer aérien au Venezuela : Maduro en appelle à la Cour de justice internationale

euronews_icons_loading
Bras de fer aérien au Venezuela : Maduro en appelle à la Cour de justice internationale
Tous droits réservés  AFP video
Taille du texte Aa Aa

Les États-Unis ont peut-être frappé le gouvernement vénézuélien là où cela fait le plus mal. Les sanctions annoncées vendredi dernier par Washington contre la compagnie aérienne publique Conviasa ont provoqué la fureur du chaviste Nicolas Maduro qui dénonce une tentative d'étouffement du peuple vénézuélien.

Le président a annoncé qu'il allait "porter plainte contre les États-Unis devant la Cour internationale de justice pour les dommages que Washington entend causer à la société Conviasa et aux entreprises nationales du Venezuela".

Et Maduro, de pointer Juan Guaido comme le responsable de cette mesure américaine "irrationnelle":

"Juan Guaidó a dit à ses maîtres du nord, sanctionnez cette entreprise, multipliez les sanctions contre le Venezuela ".

Juan Guaidó, président de l'assemblée nationale, reconnu comme président par intérim du Venezuela par plus de 50 pays, a promis lundi aux Vénézuéliens qu'il sera de retour "bientôt", après la tournée qui l'a mené en Colombie, au Royaume-Uni, à Bruxelles, en Espagne, en France et enfin aux États-Unis où il a rencontré Donald Trump à la Maison Blanche.

"Je reviens dans mon pays, je reviens avec l'engagement de nos alliés, avec des actions et des mesures qui seront mises en oeuvre et en appelant notre peuple à réactiver la lutte, en appelant à la mobilisation populaire".

Donald Trump qui a promis de briser la "tyrannie" du socialiste Nicolas Maduro et qui tente depuis des mois d'asphyxier le gouvernement vénézuélien avec des sanctions économiques.

Parmi les avions de la compagnie sanctionnée par Washington, figure l'avion présidentiel utilisé par le gouvernement vénézuélien pour ses déplacements. Conviasa assure que les 40 appareils de sa flotte continueront de fonctionner normalement. Des centaines de ses employés ont manifesté dans les rues de Caracas.