Venise, submergée par le tourisme, se vide de ses habitants

Venise, submergée par le tourisme, se vide de ses habitants
Tous droits réservés LUIGI COSTANTINI/AP
Tous droits réservés LUIGI COSTANTINI/AP
Par France Télévisions/Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Cité des Doges voit le nombre de ses résidents baisser inexorablement depuis 50 ans. Ils sont désormais à peine plus de 50 000.

PUBLICITÉ

Venise est-elle condamnée à n'être plus qu'un parc à thèmes ? Depuis que le tourisme de masse s'en est emparé, la cité des Doges se vide lentement mais sûrement de sa population. Une seule famille réside encore sur l'emblématique place Saint Marc, celle d'Antonio Zago. Il a grandi à Venise et l'a vu changer inexorablement.

« On se sent comme les derniers Indiens »

« On se sent un peu comme les derniers Indiens, nous les Vénitiens, confie ce directeur de chantier naval. Car la tendance s'est complètement inversée. Nous sommes 50 000 et les personnes qui nous visitent 30 millions. C'est donc comme si nous vivions dans une réserve. »

En 50 ans, Venise a perdu plus des deux tiers de ses habitants. La plupart des logements sont devenus des hébergements pour touristes. Et il en va de même pour les commerces de bouche supplantés les uns après les autres par les boutiques de souvenirs.

Moins d'artisans et de services

Il reste à Venise trois épiceries, quelques boulangeries et un seul poissonnier.

« C'est comme un chat qui se mord la queue, explique Matteo Secchi, qui préside une association de riverains. Qui dit moins d'habitants dit moins de services, et en même temps moins de services donc moins d'habitants. C'est un cercle vicieux. »

Un cercle vicieux alimenté par la flambée des loyers et des baux commerciaux, mais aussi par le manque d'emplois autres que ceux liés au tourisme. Pour arrêter l'hémorragie et reconstituer le tissu social, beaucoup plaident pour une solution radicale : fixer des quotas et limiter le nombre de touristes. Mais la municipalité hésite à rogner sur cette manne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : inondations en Italie, la Lombardie particulièrement touchée

Mario Draghi, futur Président de la Commisison européenne ?

Des milliers d'agriculteurs italiens manifestent pour la protection du Made in Italy