DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quelle coalition pour la Slovaquie ? Après la victoire, OLaNO négocie

euronews_icons_loading
Quelle coalition pour la Slovaquie ? Après la victoire, OLaNO négocie
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Après la nette victoire de son parti aux législatives, Igor Matovic entame des négociations en vue de constituer un nouveau gouvernement en Slovaquie.

Son parti de centre-droit et anti-corruption OLaNO a rassemblé 25 % des voix, il balayé les populistes sortants en surfant sur la colère des électeurs.

Olga Gyarfasova, politologue : "Toute sa campagne s'est appuyée sur la lutte contre la corruption. Je pense que sa victoire est aussi le signe que beaucoup de gens en avaient assez et étaient très en colère contre le parti au pouvoir."

La victoire d'OLaNO aux élections législatives slovaques intervient deux ans après le double assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak et sa fiancée.

Le leader d'OLaNO Igor Matovic estime avoir reçu un mandat pour "nettoyer" la Slovaquie.

László Öllös, politologue : "OLaNO a fait une très bonne campagne en termes de communication. Le parti de droite de Kotleba a fait une grosse erreur, en votant deux fois avec le parti au pouvoir au Parlement et voilà pourquoi certains de ses électeurs ont choisi une force anti-gouvernementale plus importante."

À charge maintenant pour les vainqueurs de trouver un accord avec les deux autres partis libéraux et éventuellement aussi avec la droite populiste pour espérer décrocher la majorité constitutionnelle.

Pavol Babos, politologue : "Ils vont essayer de former un gouvernement, mais personne ne sait si ce sera avec trois ou quatre partis. Igor Matovic, en tant que vainqueur, espère quatre partis, car cela lui donne une majorité constitutionnelle à la cour."

Les observateurs estiment que la victoire d'OLaNO marque moins un rejet du populisme que "la victoire du populisme conservateur de droite" en Slovaquie.

Attila Magyar est le correspondant d'Euronews à Bratislava : "C'était la première élection parlementaire en Slovaquie depuis l'assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak. Cette élection a réorganisé la politique dans le pays. La question principale reste de savoir comment le nouveau gouvernement va réaliser ses promesses et lutter contre la corruption."