DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Municipales et coronavirus : comment les mairies s'organisent pour accueillir les électeurs dimanche

euronews_icons_loading
Municipales et coronavirus : comment les mairies s'organisent pour accueillir les électeurs dimanche
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Notre journaliste s'est rendu dans un bureau de vote avant son ouverture pour faire le point sur les mesures mises en place pour éviter tout risque de propagation du coronavirus.

Sainte-Foy-lès-Lyon, 22 000 habitants et un casse-tête qui s'annonce pour dimanche : comment organiser les élections municipales dans un contexte de propagation de nouveau coronavirus et rassurer les électeurs ?

C'est une situation inédite à laquelle sont confrontés les maires des 35 000 communes en France. Le Premier ministre a émis des recommandations aux maires. Nous nous sommes rendus dans un bureau de vote de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), pour découvrir quel était le dispositif mis en place. Signalétiques, marquages au sol, et consignes indiquées dès l'entrée.

Il sera demandé aux électeurs de se rendre au point d'eau à l'entrée pour se laver le main. Et des gels hydroalcooliques seront également à l'entrée.

Le ministre de l’intérieur préconise également un marquage au sol pour maintenir une distance d’« un mètre environ » entre les votants, et de garder les rideaux des isoloirs ouverts dans la mesure du possible.

Pas de contact direct

Mais qu'en est-il lors du vote à proprement parler ? Les électeurs "montreront leur papiers d’identité aux assesseurs", explique Pascale Bazaille, la première adjointe au maire de Sainte-Foy-lès-Lyon, mais "sans contact".

Les stylos seront nettoyés après chaque utilisation mais les votants peuvent aussi amener le leur. Autre consigne : veiller à ce que l’affluence reste en-dessous du seuil de rassemblement autorisé, soit 1000 personnes dans le même espace.

Fallait-il repousser les élections ? Le sujet fait débat mais le choix du gouvernement de les maintenir dans ce contexte de propagation du virus reste soutenu par la plupart des habitants que nous avons interrogés.

"On emmènera notre bulletin et notre stylo et on restera à un mètre des autres", relativise cet habitante". "C'est notre devoir de voter donc on votera, et puis il y a des précautions qui sont prises", ajoute cet autre habitante.

Le coronavirus constitue une menace supplémentaire pour la participation, qui avait déjà reculé lors des municipales de 2014 : 36% des électeurs avaient alors boudé les urnes, pour d'autres raisons.