DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Italie, les mesures de confinement "prolongées" au-delà du 3 avril

euronews_icons_loading
En Italie, les mesures de confinement "prolongées" au-delà du 3 avril
Tous droits réservés  Alfredo Falcone/LaPresse
Taille du texte Aa Aa

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé que les mesures de confinement prises depuis une semaine en Italie, pays d'Europe le plus durement touché par la pandémie, seraient "prolongées à leur échéance", le 3 avril.

"Les mesures que nous avons prises, tant celle qui a entraîné la fermeture d'une grande partie des entreprises et des activités individuelles dans le pays, que celle concernant l'école, ne peuvent être que prolongées à leur échéance", a déclaré Giuseppe Conte dans le quotidien Il Corriere della Sera de jeudi. "Nous avons évité l'effondrement du système, les mesures restrictives fonctionnent et il est évident que lorsque nous atteindrons un pic et que la contagion commencera à diminuer, au moins en pourcentage, dans quelques jours, espérons-le, nous ne pourrons pas revenir immédiatement à la vie d'avant", ajoute le chef du gouvernement.

La pandémie a tué 475 personnes en Italie entre mardi et mercredi, le pire bilan enregistré dans un seul pays en une journée, selon le bilan officiel diffusé mercredi. Désormais, ce sont près de 3.000 personnes qui ont perdu dans le pays en raison de cette maladie, un bilan très proche de celui de la Chine (plus de 3.200 morts) d'où est partie la pandémie. M. Conte assure ne pas envisager pour l'instant de durcir l'arsenal de mesures restrictives mais se dit prêt "à agir" si les restrictions ne sont pas respectées. "Nous devons faire preuve de bon sens et agir tous avec la plus grande conscience, les sanctions pénales pour les contrevenants sont là et seront strictement appliquées", poursuit M. Conte.

Catastrophe sanitaire à Bergame

Les corbillards attendent en file devant les grilles closes du cimetière Monumental de Bergame: la ville lombarde et sa région sont les plus touchées par la pandémie de coronavirus en Italie avec 4.300 cas. Les employés des pompes funèbres comme les rares proches qui sont là portent un masque, entourés de ce silence qui semble s'être abattu sur tout le pays, où le nombre de morts, environ 3000, est tout proche du nombre de décès en Chine. Les chambres mortuaires de la ville du nord de l'Italie ne peuvent plus accueillir tous les cercueils, qui sont donc envoyés au cimetière.

À l'hôpital du Pape Jean XXIII de Bergame, la situation est catastrophique. Le personnel soignant, dépassé, appelle à l'aide. "Nos infirmières et nos médecins travaillent 24h/24, d'innombrables heures pour lutter contre cette situation incroyable" explique le Docteur Stefano Fagiuoli dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux (dans le reportage d'Euronews, ci-dessus).

"J'ai deux messages. Le premier s'adresse à toute la population - s'il vous plait, restez à la maison. Le deuxième message s'adresse à quiconque veut nous aider. Nous avons désespérément besoin d'infirmières et de médecins, ainsi que de ventilateurs et de dispositifs de protection".

Une collecte de fonds mise en place par l'ONG CESVI sur la plateforme GoFundMe permet de soutenir l'hôpital.