DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : l'Espagne mobilise des moyens matériels et humains supplémentaires

euronews_icons_loading
Coronavirus : l'Espagne mobilise des moyens matériels et humains supplémentaires
Tous droits réservés  José Manuel Vidal/MTI/MTVA
Taille du texte Aa Aa

L'Espagne a enregistré en 24 heures, 394 morts supplémentaires

Le nombre de morts en Espagne a augmenté de 394 ces dernières 24 heures, en hausse de près de 30%, portant le total à 1 720 depuis le début de la pandémie de coronavirus, a annoncé dimanche le ministère de la Santé.

Le Premier ministre Pedro Sanchez annonce la livraison de plus d'un million de masques pour les professionnels et patients, ainsi que 52 000 personnels de santé supplémentaires.

L'Espagne mobilise tous les moyens qu'elle peut dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. En plus des 350 000 membres du système de santé, le gouvernement a mobilisé plus de 52 000 professionnels supplémentaires, dont 14 000 médecins et infirmiers à la retraite.

L'armée a aidé à transformer les immenses pavillons de la foire commerciale de Madrid en hôpital de campagne où les premiers 200 patients ont été transférés dans la nuit de samedi à dimanche. A terme, cet hôpital devrait compter 5 500 lits ce qui en ferait le plus grand de ce genre en Europe.

Mais une infirmière atteinte du Covid-19, placée en quarantaine, alerte sur le manque de moyens matériels : "Il n'y a pas de blouses imperméables", explique-t-elle. "Les collègues se protègent avec des sacs à poubelle. (...) Des salles d'attente ont été aménagées pour soigner les patients, sans oxygène, ni respirateurs. C'est le chaos."

Le personnel de santé paie un lourd tribu à la lutte contre la pandémie, 3 475 de ses membres ont été contaminés, soit 10% du total, a indiqué Fernando Simon, directeur du centre d'alertes sanitaires dans une conférence de presse.

"Le pire reste à venir"

"Des jours très durs s'annoncent auxquels nous devons nous préparer du point de vue psychologique et émotionnel", a déclaré le chef du gouvernement Pedro Sanchez dans un discours télévisé. "Le pire reste à venir", a-t-il insisté, évoquant une situation sans précédent depuis la Guerre civile espagnole (1936-1939).

D'après plusieurs médias, le chef du gouvernement Pedro Sanchez, s'apprêterait à demander au parlement de prolonger de 15 jours l'état d'alerte proclamé samedi dernier pour deux semaines.

Depuis le 14 mars, les 46 millions d'Espagnols sont soumis à un confinement strict, et ne peuvent sortir de chez eux, toujours seuls, que pour acheter des produits de première nécessité et se rendre au travail quand le télétravail n'est pas possible, ou sortir brièvement leur chien. Les mesures les plus strictes d'Europe, selon M. Sanchez.