DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le ralentissement de l’activité à cause du coronavirus menace des millions d’emplois

euronews_icons_loading
Le ralentissement de l’activité à cause du coronavirus menace des millions d’emplois
Tous droits réservés  Francisco Seco/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L’Union européenne se prépare à une récession économique causée par le coronavirus. Mais il est beaucoup trop tôt pour évaluer les conséquences de la pandémie. Personne n’est en mesure à l’heure actuelle d’évaluer l’impact du ralentissement sur le marché de l’emploi.

Dans un rapport l’Organisation internationale du travail (OIT) estime, dans le scénario le plus sombre, que le virus pourrait entrainer la perte de 25 millions d’emplois à travers le monde. Le directeur général de l’institution, Guy Rider, se félicite de voir des gouvernements européens "qui injectent de l’argent, qui annoncent des mesures fiscales pour maintenir l’activité, pour maintenir l’emploi et pour maintenir les revenus". Il appelle à la coopération entre les Etats afin de donner plus d’ampleur à ces mesures. Guy Rider insiste aussi sur le besoin d’aider les travailleurs indépendants.

Les secteurs les plus touchés comme le tourisme, le transport aérien ou la restauration ont déjà entamé des licenciements. D’autres industries attendent avant de prendre des décisions.

Au Parlement européen les sociaux-démocrates demandent à l’Union de créer des "obligations corona". Il s’agirait d’un fond pour lutter contre les conséquences sociales et économiques de la crise. "Ce qu’il faut maintenant c’est plus de liquidité, plus d’argent et plus de possibilité pour maintenir à flot l’économie et les personnes", insiste l’eurodéputée hongroise Klára Dobrev. L’élue socialiste veut surtout éviter les erreurs après la crise de 2008 et les mesures d’austérité mises en place.

Certains responsables ont cependant déjà rejeté cette idée estimant qu’assouplir les règles budgétaires devrait suffire pour faire face à cette crise.