DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au cœur du "cluster" de l'Est de la France

euronews_icons_loading
Au cœur du "cluster" de l'Est de la France
Tous droits réservés  Jean-Francois Badias/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L’hôpital Louis Pasteur de Colmar est en plein centre de l'un des foyers les plus importants de coronavirus en France. Depuis des semaines, le ballet de lits dans l'établissement est incessants. Les patients en détresse respiratoire s'accumulent dans le service des urgences du docteur Yannick Gottwalles.

"On n'est pas préparés à ce genre de vagues, on n’est pas préparés à cette intensité et surtout à cette intensité qui dure sur plusieurs semaines."
Dr Yannick Gottwalles
Chef des urgences de l'hôpital Louis Pasteur de Colmar

La vague de patients déferle et l'hôpital est aujourd'hui au bord de la rupture. Pourtant, les soignants sont confrontés à des situations qu'ils arrivent à gérer habituellement. Quand elles sont ponctuelles.

"Avec le Covid-19, nous avons des patients qui ont l’air d’aller bien, explique le docteur Elisabeth Gaertner, chef du service des soins intensifs. Ils ont certes du mal à respirer mais ils ont surtout des gazométries catastrophiques, c’est à dire pas assez d’oxygène dans le sang."

Depuis le déclenchement du "Plan Blanc" le 11 mars dernier, l'hôpital a pu dédier 350 lits aux malades du coronavirus. La soixantaine de lits de réanimation reste constamment saturée.

"Le plus dur c’est de ne pas savoir ce qu’il va se passer demain, reconnaît le docteur Gootwalles, de ne pas savoir combien de patients vont être mis sous respirateur artificiel de ne pas savoir combien de places vont être disponibles."

"Rien ne pourra plus être comme avant. Il y avait un avant Covid il y aura un après Covid. j’espère simplement que les conclusions de l’après Covid seront suffisamment fortes et courageuses.
Il ne faut pas se leurrer : des épidémies de ce type vont se répéter, elles vont revenir dans les années prochaines."
Dr Yannick Gottwalles
Chef des urgences de l'hôpital Louis Pasteur de Colmar

Afin de soulager les unités colmariennes, des malades ont été transférés dans d'autres hôpitaux, voire les pays limitrophes, comme à l'hôpital de Heildelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Le pic de cette crise de coronavirus est attendu ce week-end, de nouvelles heures sombres en perspective pour l'hôpital Louis Pasteur de Colmar.