DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : pourquoi les taux de létalité varient-ils autant d'un pays à l'autre ?

euronews_icons_loading
Coronavirus : pourquoi les taux de létalité varient-ils autant d'un pays à l'autre ?
Tous droits réservés  Vincent Thian/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Comment aborder les chiffres de morts et de cas de covid-19 publiés chaque jour par les autorités ? Sont-ils comparables d'un pays à l'autre ? Euronews fait le point.

Prenez le taux de létalité par exemple : le part des personnes contaminées par le coronavirus qui en décèdent. A première vue, elle varie beaucoup d'un pays à l'autre : 0,79% en Allemagne, 6% en France, plus de 8% en Espagne et jusqu'à 11% en Italie.

Euronews

Des différences de comptage

Mais ces différences de taux de létalité renferment en réalité des différences de comptage entre les pays : "Je crois qu'au Royaume-Uni, nous définissons la mortalité liée au covid-19 comme toute personne décédée alors qu'elle était infectée par la maladie, alors qu'en Allemagne, ils ne prennent en compte que les personnes dont le décès est le résultat direct de la contamination par le coronavirus", avance Michael Tildesley, Professeur de biologie à l'Université de Warwick.

L'Italie recense comme décédées du coronavirus les personnes qui étaient porteuses du coronavirus mais qui souffraient également d'une autre maladie.

La France de son côté, n'inclue pas les personnes âgées qui sont décédées en EHPAD ou les personnes décédées à leur domicile.

Des stratégies de dépistage différentes

Les taux de létalité varient aussi en raison des différences de stratégie en matière de tests entre les pays. La France ne teste pour l'heure que les cas les plus graves, les personnes hospitalisés ou les personnels de santé. Mais elle a annoncé une montée en puissance de ses capacités de dépistage dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

En attendant, le nombre de cas de coronavirus est sous-estimé en France car il n'inclue pas les personnes non testées ni les cas asymptomatiques, et le taux de létalité est donc automatiquement plus élevé.

L'Allemagne, au contraire a mené des campagnes de tests plus massives dès le départ : le nombre de cas réel pourrait donc être plus proche de la réalité, et le taux de mortalité aussi. Mais est-ce suffisant pour expliquer de telles différences ?

Le rôle des facteurs démographiques

Les facteurs démographiques peuvent également entrer en ligne de compte. En effet, l'Italie est le pays d'Europe avec la population la plus âgée en Europe : plus de 16% des Italiens sont âgés de plus de 70 ans,contre un peu plus de 11% pour la France. Et les personnes âgées sont les plus vulnérables face au covid-19.

Mais alors pourquoi l'Allemagne, dont la population est pourtant plus âgée qu'en France ou en Espagne, ne fait-elle pas face à la même situation ? L'explication pourrait se trouver en partie du côté des facteurs démographiques là aussi. Selon les données de l'Institut Robert Koch (RKI), la majorité des personnes testées positives avaient entre 35 et 59 ans.