EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le Royaume désuni dans les chiffres, Johnson reprend du service

Le Royaume désuni dans les chiffres, Johnson reprend du service
Tous droits réservés Alberto Pezzali/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Alberto Pezzali/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Pierre Michaud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les débats font rage au Royaume-Uni sur la gestion de la crise et du confinement, sur les chiffres retenus par le gouvernement. De retour Downing Street lundi, Boris Johnson se sait attendu au tournant.

PUBLICITÉ

Le Royaume-Uni est en plein débat sur le nombre réel de victimes du coronavirus, plus de 20 000, dont 413 supplémentaires ce dimanche, selon l'état, qui ne recense que les décès en hôpital. Un chiffre qui pourrait doubler si on prenait en compte maisons de retraite et décès à domicile, selon les détracteurs du gouvernement.

Un gouvernement qui reste en proie aux critiques sur sa gestion globale de la crise au moment où, Dominic Raab, aux commandes depuis l'hospitalisation du premier ministre Boris Johnson, s'avance sur le déconfinement : "Il ne s'agira pas seulement d'un retour en arrière, mais plutôt d'une "nouvelle normalité", avec des mesures de distanciation sociale adaptées . Et nous veillerons à être guidés par les preuves scientifiques."

Boris Johnson en termine ce dimanche avec sa convalescence entamée le 12 avril après avoir été frappé de plein fouet par le virus. Il devrait s'installer à son bureau dès ce lundi et se sait très attendu sur ce sujet du déconfinement, tout autant que sur ses projets pour remettre l'économie du pays en état de marche.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : un championnat mondial de course d'escargot en Angleterre

Royaume-Uni : le vote pour les élections générales est en cours

Royaume-Uni : le Parti travailliste s'engage à faire baisser l'immigration s'il accède au pouvoir