DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au Royaume-Uni, une étude inquiétante sur les malades du cancer qui ne sont pas soignés

euronews_icons_loading
Au Royaume-Uni, une étude inquiétante sur les malades du cancer qui ne sont pas soignés
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

Des hôpitaux accaparés par les cas de coronavirus, et des unités d'oncologie qui tournent à vide... Au Royaume-Uni, une étude confirme ce phénomène inquiétant et prévient : les décès dus au cancer pourraient augmenter de 20 % dans les 12 prochains mois. Cela représente 18 000 personnes. Menée par le University College de Londres et DATA-CAN (un centre de collecte de données sur le cancer), l'étude révèle une urgence : celle de continuer à soigner et à diagnostiquer.

« L'une de nos inquiétudes, c'est que les gens restent chez eux parce qu'on leur dit de ne pas venir à l'hôpital, et qu'ils ignorent les symptômes qui les auraient normalement alertés, explique le Dr Nicholas van As, chef de service au Royal Marsden Hospital. Or nous savons que si le cancer est diagnostiqué tôt, dans la plupart des cas, l'issue est bien meilleure. »

Si des dizaines de milliers de lits ont dû être libérés pour les malades du Covid-19, le service de santé britannique (NHS) tente à présent d'encourager les malades du cancer à revenir en chimiothérapie. Depuis février, les rendez-vous ont chuté de 60 %.

« Le traitement du cancer n'a pas cessé, mais le nombre de personnes venant se faire soigner a beaucoup baissé, confirme le Pr Peter Johnson, spécialiste du cancer auprès du NHS. Nous voulons renverser cette tendance, car le système continue de fonctionner. »

Le service national de santé a lancé une campagne pour sensibiliser le public. Faire des examens poussés et soigner les malades du cancer dans les hôpitaux tout en les protégeant du coronavirus n'est pas simple, mais chaque jour sans diagnostic ou traitement est un recul face à la maladie.