DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Des écoliers français de Poissy disent leur peur du coronavirus au président Macron, masqué de noir

euronews_icons_loading
Le président français Emmanuel Macron dialogue avec des écoliers de Poissy - département des Yvelines -, le 5 mai 2020
Le président français Emmanuel Macron dialogue avec des écoliers de Poissy - département des Yvelines -, le 5 mai 2020   -   Tous droits réservés  Ian LANGSDON / AFP
Taille du texte Aa Aa

En entrant dans une classe réservée à des enfants de soignants ce mardi au sein d'une école de Poissy - dans le département des Yvelines, en région parisienne -, le président français portait exceptionnellement un masque en tissu noir pour donner le bon exemple. Emmanuel Macron n'a tout de même pas fait peur à ces quelques écoliers rassemblés, en revanche il leur a assez rapidement demandé s'ils avaient "des inquiétudes, des choses qui vous font peur ?". Plusieurs lui ont répondu sans réfléchir longtemps : "attraper le Covid-19".

En effectuant cette visite symbolique, le chef de l'Etat, secondé par le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, au visage couvert d'un masque semblable (photo ci-dessous), essaie plutôt et surtout de rassurer les parents d'élèves et les enseignants, inquiets sur les conditions toujours floues de la rentrée d'après confinement, voulue et décidée par l'exécutif à partir du 12 mai dans les écoles maternelles et primaires à travers l'Hexagone.

Ian LANGSDON / AFP
Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer arrivent à l'école Pierre Ronsard de Poissy, le 5 mai 2020Ian LANGSDON / AFP

L'institutrice : "Au début, c'était très stressant"

Debout au milieu de la salle de classe de l'école Pierre Ronsard, Emmanuel Macron a pu constater que les mesures barrière étaient parfaitement mises en oeuvre, les enfants étant assis à des tables disposées à bonne distance les unes des autres. Le président a un peu joué au maître d'école en questionnant un petit garçon : "Qu'est-ce que c'est, les gestes barrière ?"

L'écolier, pas trop intimidé, les lui a récité, précisant avec malice :

J'ai appris le texte par coeur

Le locataire de l'Elysée s'est aussi inquiété auprès de l'institutrice, demandant si "ça a été durant toute cette période ?". Elle a répondu avec franchise :

Au début, c'était très stressant. Il a fallu installer une routine. C'est assez compliqué, on essaie de réunir les élèves du même niveau

Les maires d'Ile-de-France : un déconfinement "à marche forcée"

Emmanuel Macron aura fort à faire pour convaincre tous les acteurs impliqués en si peu de temps, avant lundi prochain 11 mai. Une fronde des maires dénonçant le casse-tête que représente cette rentrée si particulière - en pleine pandémie mortelle de coronavirus - commence à grandir, spécialement en région parisienne justement; bon nombre d'élus refusent de rouvrir les écoles élémentaires de leurs communes dès la semaine prochaine.

Dimanche dernier, l'association des maires d'Ile-de-France, dont fait partie Anne Hidalgo, la dirigeante de Paris, a publiquement demandé au président de repousser la réouverture des établissements scolaires concernés à une date ultérieure. Les édiles remettent en cause un déconfinement qui, selon eux, va se dérouler "à marche forcée".