DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Commission européenne présente sa stratégie environnementale pour le secteur agricole

euronews_icons_loading
La Commission européenne présente sa stratégie environnementale pour le secteur agricole
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Tom Troonbeeckx a lancé il y a plus de 10 ans la première exploitation agricole communautaire de Belgique. L’établissement, près de la ville de Louvain, nourrit désormais un millier de personnes avec des produits bio. Près de 700 fidèles payent 330 euros par an pour récolter ainsi fruits, légumes, céréales et même acheter des produits de boucherie.

Le développement de cette coopérative est un succès mais la réussite nécessite certaines conditions. Tom et ses associés n’apprécient pas les subventions. "Je pense que nous devrions indiquer le véritable coût de production des produits dans le prix et je pense qu’à l’avenir l’agriculture biologique sera moins chère que d’autres produits et que de plus en plus de gens choisiront la production bio", explique-t-il.

La stratégie de la Commission européenne présentée ce mercredi, appelée de la ferme à la table, veut inclure le monde agricole dans l’effort environnemental. Le plan prévoit l’exploitation de 25% des terres agricoles en agriculture biologique. L’institution veut aussi transformer le système alimentaire à travers :

  • une réduction de 50% des pesticides
  • une réduction d’au moins 20% des fertilisants
  • une réduction de 50% des ventes d’antimicrobiens

En pleine crise du coronavirus la Commission voit dans sa stratégie un double impact. Il s’agit d’abord de réduire l’empreinte carbone. C’est aussi une façon de renforcer la résilience européenne. "Dans ce contexte nos stratégies sur la biodiversité et celle de la ferme à la table sont un élément clef du plan européen de relance", précise Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne chargé du Pacte vert.

Les acteurs traditionnels du secteur estiment que ces nouvelles exigences vont accentuer les tensions à un moment où les exploitants s’inquiètent de voir des coupes supplémentaires dans le prochain budget de la Politique agricole commune. Avec ces nouvelles exigences, le secrétaire général de la COPA-COGECA, Pekka Pesonen, souligne que les consommateurs risquent de "payer plus pour des produits alimentaires" et que ces normes auront un coût pour l’agriculture européenne.

La Commission a aussi présenté sa stratégie biodiversité. Elle souhaite transformer 30% des terres et des mers en zones protégées.