DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

C'est une première, la Chine ne se risque pas à fixer un objectif de croissance

euronews_icons_loading
C'est une première, la Chine ne se risque pas à fixer un objectif de croissance
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

C'est traditionnellement l'événement annuel au cours duquel la Chine expose sa puissance économique, mais cette année, les choses sont différentes. À l'ouverture de la session annuelle du parlement, le Premier ministre s'est pour la première fois gardé de fixer un objectif de croissance. L'heure est plutôt au colmatage.

« Nous allons réduire davantage les impôts et les taxes et allons appliquer avec vigueur les politiques actuelles en les combinant avec des mesures institutionnelles pour créer un environnement plus propice et aider les acteurs du marché à surmonter les difficultés, a ainsi expliqué Li Keqiang. Nous procéderons à d'autres coupes dans les impôts et les taxes pour un montant d'environ 500 milliards de yuans cette année. »

Déjà affaiblie par sa guerre commerciale avec les États-Unis, la Chine est comme le reste de la planète durement touchée par les conséquences économiques de la pandémie. Le pays a beau en être sorti plus plus tôt, il est très dépendant des exportations et ses clients européens et nord-américains ne remplissent plus les carnets de commandes.

La Chine a ainsi vu son PIB s'effondrer de 6,8 % au premier trimestre, un recul historique. Pour tenter de faire repartir l'économie, le régime compte laisser filer le déficit, investir massivement dans les infrastructure et a annoncé un vaste emprunt d'État.