DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Russie, la progression de la marée noire freinée d'après les autorités

euronews_icons_loading
En Russie, la progression de la marée noire freinée d'après les autorités
Tous droits réservés  AP/Russian Marine Rescue Service
Taille du texte Aa Aa

Un seul mot d'ordre : limiter les dégâts. Une semaine après la fuite de 20 000 tonnes d'hydrocarbures dans une rivière de l'Arctique et les terres environnantes, une unité d'une centaine de personnes s'active. À en croire le ministère russe des Situations d'urgence, les barrages flottants mis en place ont freiné l'avancée de la marée noire. Pour l'heure, un peu plus de 200 tonnes d'hydrocarbures ont été pompées.

« Le plus important, c'est d'empêcher la marée de s'étendre, explique Mikhail Sarko, un responsable de l'opération, parce que si elle s'étend à l'océan Arctique, personne ne pourra plus récupérer les hydrocarbures dans la glace. Quand nous sommes arrivés sur le site, toute la zone était recouverte d'une couche de 20 centimètres de carburant, et il n'y a plus rien. »

D'après le ministère, les opérations de nettoyage et de pompage pourraient être terminées dans une quinzaine de jours. Mais pour nombre d'experts, le mal est déjà fait et une partie des substances ne pourra plus être récupérée.

La catastrophe s'est produite près de la ville de Norilsk, dans le grand nord russe. Le réservoir d'un centrale thermique s'est effondré laissant échapper son contenu. Des enquêtes ont été ouvertes et un responsable du site placé en détention.

Le président Vladimir Poutine a, pour sa part, prévenu : ce sera au groupe minier Norilsk Nickel, propriétaire de la centrale via une filiale, de payer la facture. Elle est pour l'heure estimée à 128 millions d'euros.