DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Silésie, la mise à l'arrêt de 12 mines inquiète, après une flambée des cas de coronavirus

euronews_icons_loading
En Silésie, la mise à l'arrêt de 12 mines inquiète, après une flambée des cas de coronavirus
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Une file de voitures et à l'intérieur, des mineurs venus se faire tester. En Pologne, la Silésie, la région minière du sud-ouest, a connu une flambée des cas de Covid-19. Près de la moitié des cas confirmés à l'échelle nationale sont concentrés dans cette région. En début de semaine, le gouvernement s'est donc résolu à fermer 12 mines pour freiner la propagation du virus. Elles sont à l'arrêt pour trois semaines au moins. Au sein du groupe JSW, premier producteur de charbon d'Europe, près de 3000 employés ont été testés positifs.

« Tout le monde est testé deux fois, explique le porte-parole du groupe, Sławomir Starzyński_. La condition pour qu'un employé puisse travailler, c'est un double-test négatif. »_

La plupart des mineurs diagnostiqués sont asymptomatiques. Beaucoup s'inquiètent de la suite et veulent retourner au travail. Krzysztof Łabądź est représentant syndical. Il tente de les rassurer en leur confirmant qu'ils toucheront bien leur salaire avec le chômage partiel.

_« Là où les tests ont été faits, beaucoup de mineurs ont appris qu'ils étaient malades, mais 90 % d'entre eux n'avaient pas le moindre symptôme », _nous confie-t-il.

Des voix s'élèvent néanmoins pour dénoncer une situation confuse. Des tests ont été perdus et les résultats étaient parfois difficiles à obtenir. Un mineur, testé positif et en quarantaine chez lui, nous a raconté avoir attendu ses résultats pendant une dizaine de jours. C'est en appelant l'inspection sanitaire qu'il a appris avoir été contaminé.

« La situation épidémiologique dans les mines n'est pas de notre ressort, regrette Piotr Kuczera, le maire de Rybnik, et j'ai entendu parler de négligences. En tant que maire, je redoute une propagation du foyer dans la ville. »

Car dans cette ville comme ailleurs en Silésie, de très nombreuses familles sont liées aux mines et à l'industrie du charbon. Une industrie dont peut difficilement se passer la Pologne malgré l'épidémie. Les trois quarts de l'électricité du pays en dépendent.