DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Frontières : quels sont les pays d'Europe qui maintiennent des restrictions ou des listes noires ?

euronews_icons_loading
Réouverture des frontières à plusieurs vitesses en Europe
Réouverture des frontières à plusieurs vitesses en Europe   -   Tous droits réservés  Guillaume Petit, Euronews
Taille du texte Aa Aa

Certains pays comme la France ou l'Allemagne rouvrent leurs frontières ce lundi après trois mois de crise du coronavirus et à l'approche des vacances d'été. D'autres commencent à le faire mais maintiennent des restrictions pour les pays à risque ou de strictes conditions d'accès au territoire. Les détails en cartes.

Ce lundi 15 juin marque la réouverture des frontières dans plusieurs pays d'Europe, après trois mois de crise comme l'histoire de la construction européenne n'avait jamais connue. Mais avant de préparer vos bagages pour les vacances d'été, vérifiez si la destination de votre choix vous accueille, car s'il y une règle qui résume bien la situation en Europe actuellement en matière de frontières, c'est qu'il n'y a pas une seule règle, mais plusieurs approches, alors que Bruxelles recommandait une réouverture des frontières coordonnée dès ce 15 juin.

Une réouverture des frontières à plusieurs vitesses

Première approche adoptée par certains des pays les plus touchés par la pandémie : une réouverture totale des frontières ou presque. Après l'Italie le 3 juin, la Croatie jeudi dernier, la Pologne samedi, la France, l'Allemagne, la Belgique et la Grèce rouvrent les leurs également ce lundi, après trois mois de fermeture, hormis pour les travailleurs transfrontaliers ou les transports de marchandises.

L'Espagne rouvrira quant à elle ses frontières à compter du 22 juin, tandis que le Portugal accueille déjà des vols internationaux. Mais la frontière avec l'Espagne restera fermée jusqu'au 1er juillet.

Des pays sur "liste noire"

D'autres pays, principalement en Europe centrale et du nord, ont préféré une approche par paliers et en maintenant des restrictions. Certains restent fermés à des pays jugés trop à risque.

Parmi ceux qui se retrouvent souvent sur les listes noires : le Royaume-Uni et la Suède, dont la stratégie "0 confinement" n'a guère rassuré à l'étranger. Les Pays-Bas continuent d'interdire l'accès à son territoire aux voyageurs de ces pays. Idem pour l'Autriche qui ajoute à cette liste l'Espagne et le Portugal. Les Pays-Bas, la France et l'Italie sont également persona non grata chez les Hongrois, qui ont seulement rouvert leurs frontières aux pays voisins.

Tests négatifs obligatoires dans certains pays

Outre cette interdiction pour les ressortissants de zones à risque, certains pays prévoient aussi des conditions pour accéder à leur territoire comme un test négatif au covid-19 de moins de 72h. C'est le cas pour un certains nombre de pays, dont les ressortissants souhaitent se rendre à Chypre, tandis que certains pays comme la France sont toujours sur "liste noire".

D'autres pays ont décidé de mettre en place un isolement de 14 jours. C'est le cas de la Hongrie, selon l'ambassade française ou encore du Royaume-Uni. En Grèce, les passagers seront testés à leur arrivée et devront s'isoler 14 jours si le test est positif (les tests deviendront aléatoires à compter du 1er juillet, selon l'ambassade de France en Grèce).

En France, pas d’exigence de quatorzaine pour les voyageurs en provenance de pays de l’espace européen. Une quatorzaine "volontaire" est en revanche appliquée aux ressortissants des pays qui en ont imposé une aux ressortissants français, mais avec quelle garantie d'efficacité ?

Enfin, concernant la réouverture des frontières extérieures de l'UE, la Commission préconise aussi une réouverture "partielle et progressive" après le 30 juin, mais le dernier mot revient aux Etats. La France a décidé de suivre ces recommandations et rouvrira ainsi progressivement les frontières extérieures de Schengen le 1er juillet.

Les étudiants internationaux seront donc autorisés, quel que soit leur pays d'origine, à venir en France. Et leurs modalités d'accueil seront favorisés : leurs demandes de visas et de titres de séjour seront ainsi traitées en priorité.