DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les industries fossiles veulent participer à l’élan vers la transition climatique

euronews_icons_loading
Les industries fossiles veulent participer à l’élan vers la transition climatique
Tous droits réservés  Martin Meissner/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les industries fossiles font entendre leur voix auprès des institutions européennes. Elles défendent l'emploi de biocarburants pour faciliter la transition écologique dans le secteur des transports.

Les industriels soulignent que des ressources non-issues du pétrole peuvent être mélangées à des énergies actuelles pour engager l'UE vers la neutralité carbone en 2050. "La demande pour des biocarburants liquides progressent à travers le monde mais le défi est de savoir comment nous avançons et comment nous traduisons cela en neutralité carbone à l'avenir", explique John Cooper, directeur général de Fuels Europe.

Les énergies liquides à basse émission sont issues de la biomasse. Cette technique capture les biogaz issus de la fermentation de matières comme le bois, les végétaux ou encore les déchets agricoles. L'UE veut faire du recours aux énergies renouvelables un axe majeur de son action en faveur du climat. Mais selon les organisations de défense de l'environnement, les industriels ne s'attaquent pas à la réalité de la crise climatique. "Ils ne veulent pas répondre à la question: quand allons-nous arrêter l'extraction de gaz et de pétrole. Pour nous un transport sans émission est un secteur du transport qui n'utilise plus d'énergie fossile", insiste Laura Buffet de l’ONG Transport et Environnement.

Les 27 ministres en charge de l'Energie négocient des solutions pour permettre à l'Union de devenir neutre en carbone tout en assurant la relance de l'économie après la récession provoquée par la pandémie du coronavirus. Chaque pays membre doit envoyer prochainement ses plans à la Commission européenne. "Nous allons travailler étroitement pour tirer parti de cette opportunité et pour transformer les secteurs de l'énergie et de l'économie", assure Kadri Simson, Commissaire européenne en charge de l’Energie.

Huit pays membres poussent auprès des institutions pour permettre d'investir des fonds européens dans des projets de gaz naturel. Les ONG environnementales répondent qu'investir dans des infrastructures en faveur d'énergies fossiles affectera l'ambition climatique de l'Union.