DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Tensions exacerbées entre la Corée du Nord et la Corée du Sud

euronews_icons_loading
Tensions exacerbées entre la Corée du Nord et la Corée du Sud
Tous droits réservés  Ahn Young-joon/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Pyongyang menace de renforcer sa présence militaire près de la zone démilitarisée, la DMZ qui existe entre les deux Corées.

La Corée du Nord a aussi affirmé avoir rejeté une offre qu'elle aurait reçue du président sud-coréen. Moon Jae-in aurait proposé d'envoyer des émissaires pour des discussions.

Cette escalade des tensions est vivement condamnée par Séoul, d'autant plus au lendemain de la destruction du bureau de liaison intercoréen par Pyongyang.

Séoul, qui n'avait cessé de jouer l'apaisement ces derniers mois, a répondu vertement.

"Nous avertissons que nous ne tolérerons plus les actions et paroles déraisonnables du Nord", a déclaré le porte-parole de la présidence sud-coréenne. Le ministère de La Défense a fait savoir que les menaces du Nord violeraient plusieurs accords intercoréens si elles étaient mises en oeuvre.

La démolition du bureau de liaison situé dans la zone industrielle de Kaesong, au nord de la DMZ, est intervenue parce que Pyongyang voulait notamment dénoncer l'envoi de tracts de propagande sur son territoire par des transfuges nord-coréens depuis le Sud.

Ce bureau avait été ouvert en septembre 2018. Il était un des symboles de l'extraordinaire détente apparue cette année-là sur la péninsule, le produit d'un accord entre Kim Jong Un et Moon Jae-In et avait donné lieu à deux rencontres au sommet avec les Etats-Unis.

Détails de la menace nord-coréenne

Dans un communiqué diffusé par l'agence nord-coréenne KCNA, l'armée nord-coréenne a indiqué qu'elle allait déployer des unités dans la station touristique du Mont Kumgang et dans le complexe de Kaesong.

Le Mont Kumgang était une destination touristique pour les Sud-Coréens jusqu'à ce qu'un soldat nord-coréen abatte en 2008 une femme qui s'était écartée des zones autorisées.

Dans la zone industrielle de Kaesong, où se trouvait le bureau de liaison, des entreprises sud-coréennes ont fait jusqu'en 2016 travailler des ouvrier du Nord en versant leurs salaires à Pyongyang, dans le cadre d'un accord très lucratif pour le régime nord-coréen.

Un porte-parole de l'armée nord-coréenne a aussi indiqué que les postes de garde qui avaient été retirés de la Zone démilitarisée (DMZ) dans le cadre d'un accord intercoréen conclu en 2018 allaient être rétablis pour "renforcer la surveillance de la ligne de front".

Les unités d'artillerie, notamment dans les zones maritimes, reprendront "tous les types d'exercices militaires réguliers", et le Nord compte envoyer en direction du Sud ses propres tracts de propagande.

La Guerre de Corée (1950-1953) a été ponctuée par un armistice, non par un accord de paix, ce qui signifie que les deux voisins sont encore, techniquement, en état de guerre.

Des appels au calme ont émané des grandes capitales occidentales après la démolition mardi du bureau de liaison intercoréen.