DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Taxe Gafa : Washington met les négociations en "pause", Paris dénonce une "provocation"

euronews_icons_loading
Taxe Gafa : Washington met les négociations en "pause", Paris dénonce une "provocation"
Tous droits réservés  EN
Taille du texte Aa Aa

Les réactions d'inquiétude et de colère s'enchaînent après l'annonce par les Etats-Unis de la suspension des négociations internationales sur la taxation des géants du numérique.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a évoqué "une pause dans les pourparlers" dans une lettre à ses homologues français, italien, espagnol et britannique ainsi qu'à l'OCDE. Il affirme que les négociations sont dans l'impasse, tout en souhaitant qu'un accord mondial soit trouvé avant la fin de l'année.

"Cette lettre est une provocation"

Le ministre français des finances n'a pas masqué son indignation. Selon lui, il est clair que Washington ne souhaite pas poursuivre ces pourparlers.

Nous étions à quelques centimètres d'un accord sur la taxation des géants du numérique, au moment où ils sont peut-être les seuls au monde à avoir tiré d'immenses bénéfices de la crise du coronavirus
Bruno Le Maire
Ministre de l'économie français

"Cette lettre est une provocation. C'est une provocation vis-à-vis de l'ensemble des partenaires de l'OCDE. Nous étions à quelques centimètres d'un accord sur la taxation des géants du numérique, au moment où les géants du numériques sont peut-être les seuls au monde à avoir tiré d'immenses bénéfices de la crise du coronavirus. Donc c'est une provocation".

Le commissaire européen aux Affaires économiques Paolo Gentiloni a rappelé l'importance de l'enjeu. "Si les Etats-Unis bloquent les négociations, la Commission européenne mettra une nouvelle proposition européenne sur la table" a t-il réagi dans un tweet.

Sous l’égide de l’OCDE, 137 pays entendent aboutir à un accord sur la taxation des GAFA, comme Google, Amazon ou Facebook .

Washington était revenu à la table des négociations au moment où plusieurs pays avaient annoncé leur intention d'introduire leur propre taxe nationale.

Risque de "guerre commerciale" selon l'OCDE

La France a été le premier pays à percevoir cet impôt, avant de le suspendre pour reprendre les négociations, négociations désormais au point mort.

Le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria a prévenu que l'absence de "solution multilatérale" pourrait déboucher sur une "guerre commerciale".