DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Miss Juneteenth", la couleur du passé

euronews_icons_loading
"Miss Juneteenth", la couleur du passé
Tous droits réservés  Taylor Jewell/2020 Invision/AP
Taille du texte Aa Aa

C'est une petite Histoire dans la grande, et une immersion dans un Texas qui n'a pas réglé ses comptes avec son passé. "Miss Juneteenth" présente un duo mère-fille qui s'aventure dans un concours de beauté, point d'orgue du 19 juin, journée qui commémore l'émancipation tardive des esclaves dans l'ancien Etat sudiste. Un premier film de Channing Godfrey Peoples salué par la critique.

"Le système éducatif ne nous apprend pas vraiment l'histoire des Noirs", explique l'actrice Alexis Chikaeze. "Je peux probablement compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où nous avons réellement approfondi l'histoire des Noirs. Je savais juste que Juneteenth existait, mais je ne savais pas vraiment ce que c'était".

"Je crois que j'ai compris le sens de cette histoire quand j'ai été bien plus âgée", développe la réalisatrice Channing Godfrey Peoples, "et que j'ai pu l'aborder avec une forme de respect et de distance. Et quand j'ai fini par comprendre, ça m'a frappé, je me suis dit : "Ce que nous commémorons, c'est le fait que nos ancêtres ont retrouvé la liberté deux ans et demi après tout le monde".

"Vu le débat actuel sur l'égalité raciale et la justice aux États-Unis, beaucoup de gens se tournent vers la journée du 19 juin", note Jesse Holland, historien et professeur de journalisme à l'Université George Washington, "et ils y voient un symbole, un moyen de commémorer et d'honorer les sacrifices que les Afro-Américains ont fait aux États-Unis et dans le monde entier."

"Miss Juneteenth", présenté en avant-première lors du festival de Sundance, est sorti ce vendredi sur internet .