DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La politique commerciale et Hong Kong enrayent les discussions entre l’UE et la Chine

euronews_icons_loading
La politique commerciale et Hong Kong enrayent les discussions entre l’UE et la Chine
Tous droits réservés  Yves Herman/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La rencontre était tendue entre les responsables européens et chinois. La politique commerciale et la situation à Hong Kong étaient à l’ordre du sommet entre l’UE et Pékin. Les deux dossiers sont à l’origine de tensions.

Les 27 expriment de sérieuses inquiétudes concernant la loi de sécurité voulue par les autorités chinoises sur le territoire de l’ancienne colonie britannique. Ce texte pourrait menacer la situation financière privilégiée de Hong Kong. "Nous notons que 50% des investissements européens en Chine transitent par Hong Kong, notons qu'il y a 1 600 entreprises qui sont actives à Hong Kong et nous considérons qu'on doit respecter la neutralité politique de ces entreprises", explique Charles Michel, président du Conseil européen.

Sur la question du commerce l’Union souhaite sécuriser un accord d’investissement avec la Chine. Les 27 veulent ouvrir davantage le marché chinois aux investisseurs et entrepreneurs européens. Mais la Commission européenne reconnaît que les progrès sont encore faibles."Il nous faudrait un engagement substantiel de la Chine concernant le comportement des entreprises détenues par l’Etat, la transparence sur les subsides et la transparence sur les transferts forcés de technologies", insiste la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

La pandémie a accentué les tensions entre les deux partenaires. Les Européens évaluent la possibilité de diversifier les chaînes d’approvisionnement afin de réduire leur dépendance dans des secteurs stratégiques. Mais une telle réorientation aura un coût prévient le président de la chambre de commerce de l’UE en Chine, Jörg Wuttke. " Est-ce que l’Europe et les compagnies d’assurance sont prêtes à payer pour ça ? ", s’interroge-t-il. Les 27 ont aussi fait part de leurs inquiétudes concernant des campagnes de désinformation pendant la crise sanitaire.