DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : hécatombe chez les policiers au Pérou, et poussée de fièvre critique aux Etats-Unis

Access to the comments Discussion
Par Joël Chatreau
Des employés des pompes funèbres amènent des cercueils au cimetière El Angel, à Lima - capitale du Pérou -, le 23 juin 2020
Des employés des pompes funèbres amènent des cercueils au cimetière El Angel, à Lima - capitale du Pérou -, le 23 juin 2020   -   Tous droits réservés  AP Photo/Rodrigo Abd
Taille du texte Aa Aa

Le nouveau coronavirus galope comme un "cheval fou" à travers les vastes étendues de ses toutes dernières terres de conquête dans le monde : l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale où, toutes deux réunies, le bilan des victimes vient de dépasser les 100 000 morts; le Brésil porte à lui seul la plus lourde charge puisque plus de la moitié de ces décès y sont recensés.

Sur le continent, l'attention se porte plus particulièrement ces jours-ci sur le Pérou, qui est dans le peloton de tête des pays latino-américains les plus maltraités par la pandémie, juste derrière le Brésil en nombre de contaminations, avec aussi le Mexique, l'Argentine et le Chili. Et malgré le confinement, le Pérou est le troisième en terme de mortalité derrière le Brésil et le Mexique.

Déjà 223 policiers péruviens emportés

Parmi les secours en première ligne, une hécatombe se produit en effet dans les rangs de la police péruvienne; plus de 200 agents ont déjà été emportés par la maladie de Covid-19 et environ 15 000 ont été infectés. Pourquoi ? Parce que ce sont eux qui vont directement au contact de la population en tentant tant bien que mal de faire respecter les règles du confinement dans le pays.

Le ministre en charge de la police, Gaston Rodriguez, un général à la retraite, a fait le dernier décompte mardi 23 juin :

Nous avons 223 policiers décédés et 15 600 contaminés

Quant au Mexique, il est en train de crouler sous le nombre de personnes déclarées positives. Rien qu'un chiffre : 6 288 nouveaux cas y ont été confirmés ces dernières 24 heures.

Le président des Etats-Unis, qui ose tout, voit là de "bonnes" circonstances pour vanter l'efficacité de son fameux mur construit de bric et de broc à la frontière américano-mexicaine.

Donald Trump a lancé à propos du mur :

Il a arrêté le Covid, il a tout arrêté !

La sérieuse mise garde du professeur Fauci

L'éminent professeur Anthony Fauci (en photo ci-dessous), l'immunologiste en chef de la cellule scientifique chargée de conseiller la Maison Blanche sur l'évolution de la pandémie, a toutefois essayé de ramener le président Trump à la triste réalité. Devant une commission de la Chambre des représentants, à majorité démocrate, il s'est inquiété très sérieusement d'une poussée "préoccupante" de Covid-19 sur le territoire américain.

Le docteur Fauci a notamment déclaré :

Les deux prochaines semaines seront critiques (...) Et c'est quelque chose qui m'inquiète vraiment

L'épidémiologiste a même contré Donald Trump qui passe son temps à dire que les hausses du nombre de cas et de morts sont liées à l'importance des tests effectués; Il a au contraire souligné que cette augmentation venait surtout de "la contagion" entre habitants.

Les Etats-Unis sont les plus endeuillés par le Covid-19 dans le monde avec 121 228 décès à ce jour, mercredi 24 juin, dont près de 800 rien que durant les dernières 24 heures, d'après les données de l'Université Johns Hopkins.