DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Je m’attends à des attaques", assure Laura Codruţa Kövesi

euronews_icons_loading
"Je m’attends à des attaques", assure Laura Codruţa Kövesi
Taille du texte Aa Aa

La mise en place du parquet européen prend du retard. Pour la première responsable de ce nouvel organisme de l'UE la faute est imputable à un Etat membre, Malte. L’île méditerranéenne ne propose aucun candidat éligible explique la Roumaine Laura Codruţa Kövesi. "_Depuis le mois de décembre, l’ensemble du processus est reporté _", regrette la magistrate.

Une fois opérationnel, le parquet européen aura le pouvoir d’enquêter et d’engager des poursuites pour des fraudes liées au budget de l'UE. Les critiques contre cet organisme ne manqueront pas mais Laura Codruţa Kövesi se prépare à cette situation. Son équipe ne mènera pas d'investigation sur des petites affaires. Le parquet "enquêtera sur des cas liés à des personnes situées des postes clefs, ou des personnes disposant de puissants moyens financiers. On parle de criminalité liée à la TVA avec des dommages supérieurs à 10 millions d’euros. Tout le monde n’est pas en mesure de commettre de tels actes. Je m’attends à des attaques contre l’institution et contre les procureurs", ajoute-t-elle.

La magistrate a dirigé l’agence anti-corruption en Roumanie jusqu’en 2018 avant d'être limogée par le gouvernement. La dirigeante du parquet européen pense que ce nouvel organisme permettra aussi de mieux défendre l’Etat de droit au sein de l'UE.