DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hong Kong n'a pas mis sa vie culturelle et économique sur pause

euronews_icons_loading
Hong Kong n'a pas mis sa vie culturelle et économique sur pause
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Il semble que rien n'arrête Hong Kong ! En pleine pandémie de coronavirus, la ville a réussi à poursuivre ses activités économiques et culturelles grâce à des actions rapides pour enrayer la propagation et à une bonne dose d'adaptation.

Cette ville de 7,5 millions d'habitants qui a enregistré 1 100 cas de contamination et peu de décès a poursuivi sa marche en avant, notamment en favorisant les événements professionnels en ligne.

Ce mois-ci, le festival Startmeup par exemple prend une forme virtuelle cette année. Il doit réunir plusieurs centaines d'exposants et d'intervenants et des milliers de participants.

"Nous essayons de préserver le meilleur des interactions que l'on peut avoir en face à face lors d'événements physiques en y ajoutant le meilleur de l'échange virtuel," indique Jayne Chan, directrice de Startmeup Hong Kong.

"Nous accueillerons des personnalités de haut rang qui évoqueront un certain nombre de sujets comme les villes intelligentes, les technologies dans la vente au détail, l'intelligence artificielle, la fintech [ndlr : technologie financière], des domaines dans lesquels Hong Kong est très avancée," souligne-t-elle avant d'ajouter : "Nous allons associer cela à un salon de l'emploi, mais aussi à des rencontres individuelles avec des investisseurs et entre chefs d'entreprise."

Événementiel : des recettes qui ont triplé pendant la pandémie

Les start-up de Hong Kong disposent aussi du soutien de la structure Cyberport qui en accueille 1 560. C'est le plus grand incubateur de la ville.

"Au sein du Cyberport, toutes les start-up sont exonérées de loyer par le biais de subventions du gouvernement," indique Eric Chan, responsable relations publiques chez Cyberport. "Le gouvernement accorde aussi des aides au maintien et à la création d'emplois," poursuit-il. "Nos start-up réagissent très vite également : en effet, elles ont proposé de nombreuses solutions qui ont aidé la ville de Hong Kong," fait-il remarquer.

L'une des entreprises du Cyberport aide justement les organisateurs d'événements à s'adapter au contexte de la pandémie. Elle a créé des milliers d'événements physiques et virtuels pour des groupes comme Alibaba, Siemens et Honeywell.

"Le secteur de l'événementiel est touché de plein fouet dans ce contexte de pandémie parce que tous les événements doivent être suspendus ou annulés comme dans les secteurs aérien et du voyage," explique Sum Wong, PDG et cofondateur de cette société appelée EventExtra. "Puisque notre offre est hybride," dit-il, "près de 80% de nos revenus proviennent d'événements virtuels et je dirais que le montant total de nos recettes a été multiplié par trois au cours de la pandémie."

Tout a commencé il y a quelques années avec un produit qui a été rapidement très prisé. "Nous avions élaboré un prototype de logiciel dédié à la gestion d'événements et de nombreuses entreprises ont commencé à l'utiliser," se souvient Sum Wong. "Et à l'époque, nous avions aussi rejoint le programme d'incubation du Cyberport et leurs équipes nous ont aidés à trouver d'autres investisseurs," renchérit-il.

La scène culturelle poursuit son expansion dans le monde réel et virtuel

Les acteurs de la culture et le marché de l'art hongkongais ont aussi investi le net ces derniers mois.

Actuellement, les événements physiques reprennent en respectant les règles sanitaires, et ce avec l'aide d'ART Power HK, une plateforme en ligne lancée pendant la pandémie qui regroupe aujourd'hui plus de 130 partenaires.

Alice Mong dirige Asia Society Hong Kong, l'un des lieux culturels qui participent à ART Power. "Nous n'avons jamais été en confinement total : des galeries étaient ouvertes, des expositions et des événements ont eu lieu," insiste-t-elle. "Nous travaillons avec les artistes pour nous assurer que le public puisse voir leur art ou s'y confronter : peut-être qu'en ces temps de distanciation physique, leur travail ne peut pas être vu en live, mais il peut l'être sur une plateforme numérique," dit-elle.

La scène culturelle de Hong Kong n'a pas interrompu son expansion pendant cette période : le musée M+ dont la construction se poursuit doit ouvrir ses portes l'an prochain dans le nouveau quartier culturel tentaculaire de West Kowloon.

"Chaque année, une nouvelle initiative émerge dans l'objectif de célébrer l'art et de faire entendre la voix des artistes," assure Alice Mong avant de conclure : "C'est ce qui est passionnant dans l'écosystème artistique de Hong Kong."