DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Manifestation pacifique devant le parlement serbe à Belgrade

euronews_icons_loading
Manifestation pacifique devant le parlement serbe à Belgrade
Tous droits réservés  Darko Vojinovic/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

En Serbie, des milliers de manifestants mécontents de la gestion par les autorités de la crise du Covid-19 ont de nouveau manifesté, mais dans le calme. Les deux nuits de violences précédentes avaient fait une vingtaine de blessés, aussi bien dans les rangs des policiers que des manifestants.

Des groupes de jeunes issus de mouvances d'extrême droite auraient été repérés dans les manifestations par les médias locaux ce jeudi soir, mais ont été chassés par les manifestants pacifiques.

En fin de journée, le président serbe Aleksandar Vucic s'est rendu à Paris pour rencontrer son homologue français Emmanuel Macron en vue d'une reprise des pourparlers avec le Kosovo. Il a alors accusé "des hooligans criminels" d'être responsables des violences et expliqué depuis la capitale française :

"Vous vous demandez si l'attitude de la Serbie est mauvaise parce que quelqu'un jette des pierres ? Ce n'est pas une situation agréable, mais je ne peux pas pleurer. Ceux qui ont fait ça l'ont fait exprès, non seulement pour blesser des policiers, mais aussi pour causer de sérieux dégâts à l'image de la Serbie".

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Vucic avait dénoncé une "violence à l'état pur" et fait état de 10 policiers blessés la veille. Des sources médicales, citées par la chaîne de télévision N1, ont pour leur part fait état de 19 policiers et 17 manifestants blessés.

Les manifestations, qui ont débuté mardi, ont éclaté après l'annonce par le président de la réintroduction d'un confinement total durant le weekend afin de lutter contre une résurgence de la pandémie. Depuis, le gouvernement a abandonné l'idée du couvre-feu et l'a remplacé par d'autres restrictions : interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes, horaires allégés pour les bars, magasins et autres commerces à Belgrade.

La Serbie compte plus de 17 000 cas de personnes infectées par le Covid-19 et au moins 340 personnes sont décédées, selon les chiffres officiels.

La grogne a gagné jeudi plusieurs villes de Serbie, Novi Sad (nord), Nis (sud) et Kragujevac (centre), Cacak (sud-ouest), Zrenjanin (nord-est) et Bor (est).

Les manifestants reprochent aux autorités d'avoir favorisé une deuxième vague de l'épidémie en levant rapidement le confinement pour pouvoir organiser les élections du 21 juin largement remportées par le parti au pouvoir de Vucic, le parti progressiste serbe.