DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : Jean Castex défend l'action de l'Etat en Guyane

euronews_icons_loading
Jean Castex à l'Hôpital de Cayenne, le 12 juillet 2020.
Jean Castex à l'Hôpital de Cayenne, le 12 juillet 2020.   -   Tous droits réservés  JODY AMIET/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Pour son premier déplacement hors de la métropole depuis sa nomination à Matignon, le Premier ministre français Jean Castex s'est rendu au chevet de la Guyane, pour une visite express de 8 heures.

Toujours placé sous état d'urgence sanitaire au moins jusqu'au 30 octobre, ce département français d'outre-mer est l'un des plus touchés par l'épidémie de coronavirus.

Après avoir visité un avion médicalisé, Jean Castex s'est rendu au centre interministériel de crise de Cayenne, la capitale du département, où il a tenu à assurer la pleine mobilisation du gouvernement : "Cette visite, mesdames et messieurs, témoigne de ma volonté forte d'exprimer à l'endroit de la Guyane et de sa population la solidarité et le total engagement de la République."

Accompagné par le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu et le ministre de la Santé Olivier Véran, M. Castex a visité l'hôpital de Cayenne et exprimé "l'immense gratitude" de la Nation à quelque 150 membres du personnel. Déclarant que la situation épidémiologique "semblait s'améliorer", il a toutefois appelé les Guyanais - et tous les Français - à maintenir leur vigilance.

"Quarante ans de retard"

"La lutte contre l'épidémie suppose que le comportement de nos concitoyens (...) soit exemplaire pour éviter au virus de se propager" et "je peux comprendre l'impatience de la population guyanaise", a ajouté M. Castex, alors que certains quartiers ou certaines communes ont été reconfinés. "Pourtant il vous faudra rester vigilants", a-t-il averti.

Le premier ministre a été interpellé par un soignant, qui réclamait plus d'aides pour la Guyane : "La Guyane a quarante ans de retard, nous voulons plus d'aide. Ne restez pas seulement une journée", a demandé ce soignant.

L'épidémie a fortement augmenté en Guyane depuis le déconfinement, alors que le territoire avait été relativement épargné lorsque la métropole était confrontée à la pleine expansion du virus.

Mais depuis mai, en raison notamment de la proximité de la Guyane avec le Brésil voisin, fortement touché, le virus met à mal le système de santé déjà fragile. Les trois hôpitaux du territoire - les centres hospitaliers de Cayenne, Kourou et l'ouest guyanais -, déjà mobilisés pour des patients victimes de la leptospirose ou de la dengue, ont déclenché le week-end dernier leurs plans blancs.