DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brésil : la courbe épidémique ayant atteint un plateau, l'OMS presse les autorités

euronews_icons_loading
Paris de température avant le match de football de Premier League anglaise entre Norwich City et Burnley au Carrow Road Stadium à Norwich, le 18 juillet 2020
Paris de température avant le match de football de Premier League anglaise entre Norwich City et Burnley au Carrow Road Stadium à Norwich, le 18 juillet 2020   -   Tous droits réservés  Lindsey Parnaby/AP
Taille du texte Aa Aa

Avec près de 14 millions de personnes infectées dans le monde et 588 000 décès, le Covid-19 continue sa progression. Au Brésil, l'Organisation mondiale de la santé appelle les autorités à agir au moment où la courbe épidémique atteint un plateau.

Le Brésil reste le deuxième pays le plus touché au monde par le coronavirus avec près de 2 millions de cas recensés et 77 000 décès. Alors que la courbe épidémique atteint un plateau, le chef des urgences sanitaires de l'OMS appelle le pays à saisir "l'opportunité maintenant pour faire reculer la maladie."

Flambée des infections dans le sud et l'ouest des États-Unis

Les Etats-Unis connaissent depuis plusieurs semaines une flambée des infections dans le sud et l'ouest. Au Texas et dans l'Arizona, les autorités locales ont commandé des camions frigorifiques pour augmenter la capacité d'accueil des morgues. Des équipes de médecins militaires ont été déployés cette semaine au Texas et en Californie pour aider les hôpitaux inondés de patients atteints de coronavirus. À Houston, une équipe médicale militaire de 86 personnes a travaillé pour reprendre une aile du centre médical United Memorial.

Le pays, qui a enregistré plus de 77 000 nouvelles infections vendredi, compte 3 millions et demi de malades et enregistre 138 000 décès depuis le début de l'épidémie. Il s'agit du pays le plus lourdement touché par la pandémie.

Sessions parlementaires suspendues en Australie

En Australie, le Premier ministre Scott Morrison a annoncé samedi la suspension des sessions du Parlement pour deux semaines, de crainte que les députés venant des foyers de contamination ne contribuent à propager le coronavirus.

L'Iran semble opter pour l'immunité collective

Le président Hassan Rohani a déclaré samedi que jusqu'à 35 millions d'Iraniens supplémentaires risquaient de contracter le nouveau coronavirus car le pays ne dispose pas encore d'immunité collective.

Alors que le nombre de cas officiellement enregistrés en Iran s'élève à 271 606, M. Rohani a indiqué que 25 millions d'habitants (environ 81 millions en Iran) pourraient toutefois avoir été infectés depuis les premiers cas recensés en février.

"Nous n'avons pas encore atteint l'immunité collective", a affirmé M. Rohani, lors d'une réunion télévisée du Comité national de lutte contre la pandémie, ajoutant que "25 millions d'Iraniens pourraient être infectés par la maladie" selon un rapport du département de la recherche du ministère de la Santé.

Un attaché de presse du président a précisé sur Twitter quelques heures plus tard que "les 25 millions" se référaient à "ceux qui ont contracté le virus et ont obtenu une immunité".

"Nous devons supposer que 30 à 35 millions d'autres risquent une contamination", a ajouté M. Rohani et le pays doit se préparer à voir le nombre d'hospitalisations doubler par rapport aux cinq derniers mois selon le rapport.

M. Rohani est le premier haut responsable iranien semblant indiquer que le pays compte sur l'immunité collecive pour éradiquer le virus.