DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Hongrie, un Grand Prix à huis clos avec des règles strictes

euronews_icons_loading
En Hongrie, un Grand Prix à huis clos avec des règles strictes
Tous droits réservés  Joe Klamar/AP
Taille du texte Aa Aa

La saison de Formule 1 a elle aussi été perturbée par la pandémie de coronavirus. Dans les tribunes du Grand Prix de Hongrie ce dimanche, aucun spectateur. Il fallait donc suivre la victoire de Lewis Hamilton depuis sont poste de télévision.

C'est ce qu'ont fait Klaudia et Dénes, un couple hongrois qui se rend chaque année depuis cinq ans au Grand Prix. Après leur mariage il y a deux semaine, le couple qui voue une véritable passion pour ce sport mécanique avait décidé de visiter autant de Grand Prix que possible pour sa lune de miel. Leurs projets ont donc été contrariés par la fermeture des frontières consécutives à la pandémie de coronavirus.

Il y a deux mois, la direction du circuit de Hongrie, le Hungaroring, a décidé d'organiser le Grand Prix à huis clos avec quelques règles strictes : moins de personnel pour les écuries, des couloirs séparés pour les pilotes et deux tests négatifs au Covid-19 obligatoires pour s'approcher du circuit.

"Seuls les membres des équipes peuvent s'approcher des pilotes. Ils sont littéralement intouchables" explique Zsolt Gyulay , patron du Hungaroring. "La distanciation sociale et le port du masque sont obligatoires. tout le monde est au maximum en terme sécurité".

Des patrouilles ont aussi été prévues pour contrôler les allées et venues autour du complexe, mais cela n'a pas empêché les fans de se regrouper sur une colline en face du circuit, pour observer les bolides.

L'année dernière, le Grand Prix de Hongrie a rapporté 7 millions d'euros grâce à la vente des billets. En tenant compte des retombées touristiques, la Formule 1 rapporte près de 90 millions d'euros au pays chaque année. En cette année de pandémie, l'industrie hôtelière hongroise déplore un véritable manque à gagner.