DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le train à hydrogène : solution d'avenir ?

euronews_icons_loading
Train à hydrogène d'Alstom - Archive du 20 septembre 2016
Train à hydrogène d'Alstom - Archive du 20 septembre 2016   -   Tous droits réservés  Soeren Stache, AP
Taille du texte Aa Aa

C'est peut-être le train du futur. Il roule à plus de 110 km/h et peut accueillir jusqu'à 300 passagers. Mais il a surtout une particularité : il génère sa propre électricité grâce à une pile à hydrogène. Le modèle, conçu spécialement pour les lignes non électrifiées, a été construit par le groupe français Alstom. Et c'est le premier modèle au monde a être homologué.

L'hydrogène présente ici un intérêt : produit de façon décarbonée, il ne rejette pas de CO2. "Ce train fonctionne à l'hydrogène : on remplit l'hydrogène avec ce connecteur. Le seul rejet, c'est de la vapeur d'eau et quelques gouttes", explique Stefan Schrank, chargé du projet Coradia iLint Alstom.

Le Français Alstom prend donc de l'avance sur ses concurrents et espère remplacer les trains qui fonctionnent avec des énergies fossiles. Mais le constructeur vise une expansion à l'échelle européenne. 41 trains ont même déjà été commandés par des compagnies en Allemagne.

"Au total, il y a 5 000 trains de diesel à remplacer en Europe. En termes de marché, est-ce une solution pour l'avenir ? Oui, c'est une solution d'avenir car les performances de l'hydrogène sont parfaitement capables de remplacer le diesel avec la même autonomie, voire plus", souligne Brahim Soua, Vice-président de la plateforme régionale d'Alstom.

Dans sa course vers la neutralité climatique en 2050, la Commission européenne a récemment dévoilé un plan de développement de "l'hydrogène vert". Et l'Allemagne est déjà montée dans le train en prévoyant d'investir 9 milliards d'euros dans ce domaine. A côté, avec les 100 millions d'euros du plan Hulot, la France fait plutôt pâle figure.