DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : les compagnies aériennes appellent à un programme de test conjoint États-Unis-UE

euronews_icons_loading
Covid-19 : les compagnies aériennes appellent à un programme de test conjoint États-Unis-UE
Tous droits réservés  Michael Probst/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les grandes compagnies aériennes unies et solidaires face à la crise du coronavirus. Alors que les voyages entre l’Europe et les États-Unis sont encore largement interdits, quatre dirigeants de grands groupes du secteur aérien international ont envoyé une lettre aux gouvernements américain et européen.

Mettant en avant l'importance incontestée des voyages aériens transatlantiques pour l’économie mondiale, les patrons d’International Airlines Group (IAG) – qui possède British Airways et Ibéria – mais aussi ceux d’American Airlines, United Airlines et Lufthansa, ont exhorté les dirigeants à adopter un programme de test covid-19 conjoint États-Unis-UE, "afin d'améliorer la sécurité et de renforcer la confiance de passagers très critiques à l'heure actuelle concernant les services aériens transatlantiques", dit la lettre.

euronews
Lettre de quatre dirigeants de grands groupes du secteur aérien international aux gouvernements américain et européen pour l'adoption d'un programme conjoint de test Covid-19.euronews

Ce message a été adressé en particulier au vice-président américain Mike Pence et à Ylva Johansson, la commissaire européenne aux affaires intérieures.

L'Union européenne a commencé à ouvrir ses frontières extérieures début juillet à quinze pays tiers considérés comme "sûrs", mais les États-Unis ne figurent pas sur la liste.

Le Royaume-Uni oblige les personnes arrivant des États-Unis à passer 14 jours en quarantaine auto-imposée, tandis que les États-Unis limitent les voyages de la plupart des passagers venant pour l’Europe.

Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA); les compagnies aériennes européennes pourraient perdre jusqu'à 70 milliards d'euros à cause de la pandémie.