DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Italie : un jeune homme d'origine cap-verdienne battu à mort

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Capture d'écran Rai / Italie
Capture d'écran Rai / Italie   -   Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

L'Italie est sous le choc après le meurtre de Willy Monteiro Duarte, un jeune homme de 21 ans d'origine cap-verdienne, battu à mort par quatre hommes samedi dernier, près de Rome.

Une enquête pour meurtre sans intention de donner la mort a été ouverte, mais cette qualification pourrait être alourdie, car les agresseurs présumés sont des adeptes du MMA, un sport de combat ultra violent.

Caractère raciste de l'agression

Bien que le motif raciste du meurtre n'ait pas été retenu, la mort du jeune homme relance le débat sur l'intégration des immigrés en Italie. Cette question, bien moins présente que dans certains pays tels que les États-Unis ou la France, nécessite du "temps" selon l'athlète italienne d'origine nigériane Daisy Osakue, contactée par Euronews.

"Je sais que l'Italie a besoin de temps pour développer une pleine conscience des migrations. Je fais partie de la première génération d'enfants d'étrangers qui sont devenus des citoyens italiens naturalisés" explique la détentrice du record national de lancer du disque.

En 2018, la sportive a été au cœur d'une affaire médiatisée, après avoir été blessée à l’œil par des adolescents qui lançaient des œufs. Si les juges avaient également exclu le motif raciste de l'incident, l'affaire avait révélé un réel malaise dans le pays.

"La bonne nouvelle est que nous avons encore du temps pour une intégration complète" indique-t-elle. "Des épisodes horribles se produisent tous les jours. Le plus important est de pas se diviser entre noir et blanc, entre bien et mal, mais de se serrer les coudes pour que ces crimes ne se reproduisent plus" souligne-t-elle.

En parallèle, les autorités italiennes ont ouvert une enquête après avoir constaté des vagues d'insultes à caractère raciste sur les réseaux sociaux.