DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Etat de l'Union : Von der Leyen lance les batailles de l'UE face à la crise

euronews_icons_loading
Etat de l'Union : Von der Leyen lance les batailles de l'UE face à la crise
Tous droits réservés  Olivier Hoslet, Pool via AP
Taille du texte Aa Aa

Une Europe plus forte face aux crises sanitaire, économique et climatique. La réponse de l'UE à la pandémie a dominé le premier discours sur l'Etat de l'Union d'Ursula von der Leyen ce mercredi devant les eurodéputés à Bruxelles.

Avant même de livrer son plan de bataille, la présidente de la Commission européenne a eu un mot pour les acteurs quotidiens de la crise sanitaire qui a meurtri le continent depuis son entrée en fonction l'an dernier :

"Et avec tous les travailleurs de première ligne qui, jour et nuit, semaine après semaine, ont pris des risques pour nous tous. Leur empathie, leur courage, et leur sens du devoir nous inspire et je voudrais commencer ce discours en leur rendant hommage", a déclaré la présidente allemande de la Commission.

Ursula von der Leyen a défendu la réponse unifiée de l'Europe, en évoquant les médecins roumains qui ont traversé les frontières pour soigner des malades en Italie, ou encore la production et la livraison de masques et de matériel médical.

Des politiques que les instances européennes ont réussi à mener, selon elle, "cela sans en avoir pleinement les compétences. C'est un signe clair pour moi, que nous devons construire une Union européenne de la santé plus forte. Il est temps de le faire", a-t-elle martelé.

"Nous créerons une agence de recherche et de développement biomédicaux avancés au niveau européen, comme cela existe aux États-Unis", a affirmé Ursula von der Leyen.

"Il est temps que le travail paie"

Évoquant la relance économique, elle a appelé les pays membres à se coordonner, notamment sur les salaires pour instaurer un salaire minimum européen juste.

"Un salaire minimum bien négocié maintient les emplois et garantit l'équité, à la fois pour les travailleurs et les entreprises. Honorables membres, le salaire minimum fonctionne, et il est temps que le travail paie", a justifié l'ancienne ministre de la Défense d'Angela Merkel.

Au sujet du climat et du fameux "Green deal", le plan de relance vert européen, la dirigeante a affirmé son ambition de faire de l'Europe le premier continent neutre en carbone, en réduisant de 55 % les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. L'objectif est actuellement fixé à -40% par rapport au niveau de 1990.

Le plan de relance européen de 750 milliards d'euros défini dans la douleur en juillet dernier sera financé à 30% par des obligations vertes. "Nous faisons œuvre de pionnier en élaborant une norme de l'UE solide en matière d'obligations vertes", a affirmé l'Allemande.