DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brexit : Ursula von der Leyen fera samedi avec Boris Johnson un "bilan" des négociations

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Archives : Boris Johnson et Ursula von der Leyen à Londres, le 8 janvier 2020
Archives : Boris Johnson et Ursula von der Leyen à Londres, le 8 janvier 2020   -   Tous droits réservés  Matt Dunham/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'entretiendra samedi avec le Premier ministre britannique Boris Johnson par vidéoconférence pour faire le "bilan des négociations" commerciales et discuter "des prochaines étapes", a annoncé vendredi son porte-parole sur Twitter.

Cet échange a lieu après une nouvelle semaine de négociations commerciales à Bruxelles et le lancement jeudi par l'UE d'une procédure d'infraction contre Londres, à cause de son projet de loi qui revient en partie sur le traité du Brexit, signé en janvier dernier.

"Maintenant, l'Union européenne va craindre que le Premier ministre ne tienne pas sa parole et elle doit donc s'assurer de mettre en place des mécanismes efficaces dans tout accord afin de garantir que le Royaume-Uni ne revienne pas dessus", analyse Holger Hestermeyer, expert en relations internationales au King's College de Londres.

"Le temps à venir est à l'orage. Il ne faut pas être météologue pour le voir. La semaine a certes commencé par des fuites optimistes de sources gouvernementales parlant de percées sur les points d'achoppement de la pêche et des aides d'État, mais elle s'est terminée par une procédure en justice, une impasse et par la nécessité pour les dirigeants de se réunir pour sauver la situation.

Il est inévitable que, dans des négociations avec de tels enjeux, les dirigeants doivent se réunir pour trouver un compromis. Cela permettra-t-il une avancée ? Nous verrons. Ou commencera-t-on à parler à nouveau d'une prolongation des délais, je pense que c'est plus probable", conclut le correspondant d'Euronews à Londres Tadhg Enrigh.