DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Je vis cette nouvelle guerre" : dans les maisons de retraites, le terrible isolement face au virus

euronews_icons_loading
"Je vis cette nouvelle guerre" : dans les maisons de retraites, le terrible isolement face au virus
Tous droits réservés  Cecilia Fabiano/LaPresse
Taille du texte Aa Aa

Ici dans le centre de l'Italie, contrairement à la Lombardie, les maisons de retraite ont enregistré moins de décès liés au covid-19. Mais des règles strictes s'appliquent toujours, et comme dans la Villa Vittorio près de Rome, elles ont permis d'éviter le pire.

Lorsque toutes les conditions ne sont pas remplies, les employés ne peuvent pas prendre leur service et sont renvoyés chez eux

Les soignants doivent prendre leur température et vérifier leur rythme cardiaque, mettre des gants et des sur-chaussures. Ils utilisent une entrée différente.

"Lorsque toutes les conditions ne sont pas remplies, explique Pietro Macro Di Palo, le directeur, les employés ne peuvent pas prendre leur service et sont renvoyés chez eux."

Cette maison de retraite accueille 25 résidents. Aucun d'entre eux n'a jamais été testé positif au covid-19, grâce à une politique stricte d'isolement.

Bien que les autorités régionales aient récemment donné leur feu vert pour permettre aux maisons de retraite de recevoir des visiteurs, le directeur de cet établissement a décidé d'aller à l'encontre de leurs conseils, pour garantir la sécurité.

"Nous avons décidé de suspendre les visites après la récente augmentation du nombre de cas parmi des personnes revenant de Sardaigne, se défend Pietro Macro Di Palo. Nous avons pris cette décision car nous ne savons pas si ces cas pouvaient être liés à nos hôtes, et jusqu'à présent cela a porté ses fruits. Car dans d'autres maisons de retraite autour de nous, les infections ont augmenté en raison du retour de Sardaigne de visiteurs."

La plupart des résidents ne sont pas sortis à l'extérieur ou n'ont pas vu leurs proches depuis mars. Ils les voient parfois à travers une fenêtre grillagée qui donne sur la rue. Cette fenêtre sur le monde extérieur leur sert d'alternative. Mais ce n'est pas le seul moyen utilisé pour aider les résidents à garder le contact.

"Ici, ils font un bon travail, pour nous permettre de garder le contact, s'enthousiasme Maria Stella Pitocco, dont la mère vit ici. Les infirmières m'envoyaient des photos ou vidéo de ma mère par Whatsapp, cela m'a permis de l'avoir près de moi et de rester en contact avec elle."

J'ai connu la guerre, où j'ai été emprisonné, et maintenant je vis cette nouvelle guerre

Ce sont parmi les plus fragiles de notre société qui ont été privés de relations familiales. Difficile à vivre pour ses personnes âgées.

"Je suis bouleversé, mais nous devons nous adapter, raconte Gino Meloni. J'ai traversé tant de choses dans la vie. J'ai connu la guerre, où j'ai été emprisonné, et maintenant je vis cette nouvelle guerre !"

"Je me sens mélancolique, ajoute Luigi Marconi. Mais j'appelle ma famille. Je pense que les téléphones portables sont une grande invention parce que vous pouvez parler et faire des appels vidéos aussi."

La Villa Vittorio espère rétablir les visites dès que possible. Pour l'instant, le choix a été fait de garantir avant tout le bien-être physique des personnes âgées qui vivent ici.