DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Après la page Covid, la croissance retrouve de la vigueur en Chine

euronews_icons_loading
Des personnes portant des masques de protection contre le Covid-19 marchent dans une rue du quartier central des affaires de Pékin, vendredi 16 octobre 2020
Des personnes portant des masques de protection contre le Covid-19 marchent dans une rue du quartier central des affaires de Pékin, vendredi 16 octobre 2020   -   Tous droits réservés  Mark Schiefelbein/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La Chine a connu un coup d'accélérateur de sa croissance au moment même où la plupart des grandes économies étaient plombées par la pandémie de Covid-19.

Le PIB a bondi de 4,9% au troisième trimestre a annoncé lundi le Bureau national des statistiques (BNS). Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB chinois est toujours scruté de près compte tenu du poids du pays dans l'économie mondiale.

Vente de détail et industrie en hausse

La Chine, où le virus est apparu en décembre avant de se propager à toute la planète, apparaît comme un baromètre de la reprise espérée de l'économie mondiale.

Le géant asiatique est le premier pays à avoir relancé son activité, grâce à des "confinements stricts, des tests de dépistage à grande échelle et un suivi des cas contacts", relève pour l'AFP l'analyste Ting Lu, de la banque d'affaires Nomura.

En pleine pandémie et alors que le virus avait quasiment mis le pays à l'arrêt, la croissance avait connu au premier trimestre un plus bas historique (-6,8% sur un an). Le PIB a ensuite connu un rebond au deuxième trimestre (+3,2%), à la faveur d'une nette amélioration des conditions sanitaires.

Ces prochains mois, l'économie chinoise "va continuer à prendre de la vigueur", portée notamment par la consommation intérieure et les fêtes de fin d'année, généralement propices aux exportations, estime l'analyste Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit.

En septembre, les ventes de détail et la production industrielle se sont inscrits à leur plus haut niveau depuis le début de l'année.

Les exportations restent vulnérables

Mais le secteur de l'exportation, un pilier de l'économie chinoise, reste particulièrement vulnérable au moment où les principaux partenaires commerciaux de Pékin, en particulier l'Union européenne, font face à une nouvelle vague de contaminations.

Après la découverte d'un mini-foyer de coronavirus, la métropole de Qingdao (est) a réalisé en catastrophe la semaine dernière le dépistage de plus de 10 millions de personnes.

Sur le front de l'emploi, le taux de chômage, mesuré en Chine uniquement dans les zones urbaines, s'est établi en septembre à 5,4% contre 5,6% le mois précédent.

Ce chiffre exclut cependant les millions de travailleurs migrants, fragilisés par la pandémie.

Le taux de chômage avait atteint en février le record absolu de 6,2% de la population active urbaine. Il reste supérieur à son niveau d'avant-Covid.

Ces derniers mois, plusieurs provinces ou communes ont lancé des opérations commerciales à coup de bons d'achat ou de réductions pour encourager la consommation et in fine soutenir l'emploi.

La Chine devrait être la seule des grandes économies à afficher une croissance positive cette année.

La semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) a pratiquement doublé, à 1,9%, sa prévision de croissance économique pour la Chine en 2020, évoquant un "retour à la normale plus rapide que prévu".

Mais tout en se félicitant de la "reprise soutenue" enregistrée au troisième trimestre, le Bureau national des statistiques a mis en garde lundi contre les "risques et incertitudes" qui persistent.