EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Des avocats palestiniens poursuivent Londres, pour une déclaration écrite il y a un siècle

Des avocats palestiniens attaquent Londres en justice
Des avocats palestiniens attaquent Londres en justice Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En 1917, la déclaration Balfour soutient l'établissement d'un foyer juif en Palestine, texte fondateur de la création d'Israël en 1948. Des avocats palestiniens poursuivent aujourd'hui Londres, pour cette déclaration écrite il y a un siècle, et source de tous leurs malheurs, disent-ils.

PUBLICITÉ

La plainte peut paraître symbolique, mais elle est essentielle pour les avocats palestiniens : ils attaquent en justice le gouvernement britannique, plus de 100 ans après la déclaration de Balfour. En 1917, trois ans avant que que la Palestine ne passe sous mandat britannique, Arthur Balfour, chef de la diplomatie à Londres, signe une déclaration qui apporte son soutien à "l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif".

Nous pensons que tous nos problèmes viennent de Balfour et de l'occupation de la Grande-Bretagne

La déclaration Balfour avait été une étape importante dans le processus qui allait conduire en 1948 à la création de l'Etat d'Israël, mais aussi au déplacement de quelque 750.000 Palestiniens et à des décennies de conflits.

"Nous pensons que tous nos problèmes viennent de Balfour et de l'occupation de la Grande-Bretagne, de l'Angleterre, explique Munib Al-Masry, chef de la fédération des syndicats indépendants et démocratiques**. Donc il est temps d'avoir un procès contre eux".**

La plainte a été déposée jeudi auprès du tribunal de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Les plaignants demandent des indemnisations pour les Palestiniens lésés, sans fixer de somme. 

"Cela ouvre un autre canal, une autre voie et un autre espace pour poursuivre et tenir responsables les criminels qui ont commis des crimes contre notre peuple palestinien, ajoute Mohamed Barakeh, chef du Comité arabe de surveillance en Israël**, que ce soit les Anglais à l'époque, ou le mouvement sioniste, et maintenant les Américains par le biais de "l'accord du siècle".**

Donald Trump a présenté au début de l'année un plan qui prévoit notamment que Jérusalem soit la capitale d'Israël, ou encore que les colonies implantées en Cisjordanie occupée soient annexées à l'Etat hébreu, autant de faveurs accordées à Israël, qui ont été rejetées par les Palestiniens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Benjamin Netanyahu dissout le cabinet de guerre israélien

Les sirènes à Tel-Aviv pour la première fois depuis des mois, Hamas "tire un barrage" depuis Gaza

MAJ: Israël annule la décision de confisquer le matériel de diffusion d'AP