EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Loups gris : La France va dissoudre le groupuscule turc

Défilé de Loups gris à Vienne
Défilé de Loups gris à Vienne Tous droits réservés police nationale
Tous droits réservés police nationale
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La France va dissoudre le groupuscule turc "Les Loups gris", après les menaces lancées contre la communauté arménienne en France. Les tensions sont vives entre les deux communautés depuis la guerre au Haut-Karabakh.

PUBLICITÉ

Dissoudre les "Loups gris" : la décision sera entérinée mercredi en Conseil des ministres. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin veut stopper ce groupuscule ultra-nationaliste turc, proche du président Erdogan. Un président turc en froid avec la France sur plusieurs dossiers. 

 Ce mouvement (dont était membre le Turc qui a tenté d'assassiner Jean-Paul II) est sorti du bois  depuis la guerre au Haut-Karabakh. Sa cible : les Arméniens de France. A Décines, haut-lieu de la diaspora arménienne dans la banlieue lyonnaise, les Loups Gris ont fait une descente la nuit, la semaine dernière, intimidant les habitants de la communauté. A Dijon même chose, à Vienne, plus au sud, une rixe a eu lieu. Une inscription "Loups Gris" a été taguée sur le mémorial du génocide et le Centre national de la mémoire arménienne.

A partir de 1915, lors du génocide, les deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie sont morts, déportés, affamés, massacrés en masse. La Turquie refuse de reconnaître ce génocide mené par l'Empire ottoman, qui aurait fait entre 1,2 et 1,5 million de morts.

Et plus d'un siècle plus tard, cette défiance entre Turcs et Arméniens resurgit, en lien avec la guerre dans le Haut-Karabakh, entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Car dans ce conflit la Turquie soutient l'Azerbaïdjan contre l'Arménie.

Ce lundi, Erevan a accusé l'armée azerbaïdjanaise d'avoir bombardé son territoire, tuant un civil, faisant craindre une nouvelle escalade du conflit dans la région disputée du Haut-Karabakh, et peut-être d'autres tensions, jusqu'en France.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France a "donné son accord" pour la livraison de matériel militaire à l'Arménie

L’Arménie va quitter l’Organisation du Traité de sécurité collective dirigée par Moscou

Au moins quatre morts dans des inondations en Arménie