DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’Union européenne préfèrerait "voir un président plus coopératif"

euronews_icons_loading
L'ancienne présidente lituanienne Dalia Grybauskaite
L'ancienne présidente lituanienne Dalia Grybauskaite   -   Tous droits réservés  Mindaugas Kulbis/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les institutions européennes retiennent leur souffle à l’issue de l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Ce scrutin définira, en partie, le cadre de la scène internationale. Euronews a interrogé l'ancienne présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite, sur cette course à la Maison Blanche particulièrement serrée.

Euronews :

Le président sortant, Donald Trump, a démenti tous les sondages. Comment analysez-vous ces premiers résultats?

Dalia Grybauskaite :

Effectivement les sondages ne sont pas fiables au regard du système électoral qui est très différent de ceux qui existent en Europe. Ce ne sont pas les sondages qui reflètent la situation réelle mais les votes que l'un ou l'autre candidat peut recevoir. C'est une différence fondamentale. Pour l'Europe, nous préférions voir un président plus coopératif, plus favorable au lien transatlantique et qui ne mène pas de guerre commerciale avec l'Europe. Voilà ce que l'Europe aimerait probablement voir.

Euronews :

De ce côté-ci de l'Atlantique, en Europe, les premiers messages et les premières réactions n'ont pas la même analyse. Par exemple, le Premier ministre slovène a très rapidement félicité Donald Trump avant la fin du décompte des voix ?

Dalia Grybauskaite :

Je pense que c'était une erreur car pour respecter n'importe quelle élection dans n'importe quel pays, il faut être patient et féliciter seulement après les résultats définitifs.

Euronews :

Avez-vous peur d'un désengagement plus important des Etats-Unis concernant l'Otan?

Dalia Grybauskaite :

De ce côté de l'Europe, dans les pays baltes et en Pologne par exemple, des deux candidats nous attendons un engagement car ils ont tous deux déclaré qu'il était très important de protéger notre région et nos positions contre l'influence de la Russie et contre une attitude agressive. C'est important pour les deux candidats.

Euronews :

Au cours des quatre dernières années on a vu Washington se désengager de tous les accords internationaux mais aussi de l'Otan, de l'Organisation mondiale du commerce. Avez-vous peur de voir les filets de sécurité américains disparaître après 75 ans?

Dalia Grybauskaite :

Je ne pense pas que tout sera perdu si Donald Trump reste en fonction. Il sera dommage de voir les Etats-Unis s'isoler volontairement (…) bien sûr l'Europe doit et devra, quel que soit le vainqueur, Joe Biden ou Donald Trump, quelle que soit la situation internationale, même si les Etats-Unis changent, l'Europe devra investir davantage pour sa propre sécurité, pour son indépendance et son autonomie. Quelle que soit l'issue du scrutin, c'est l'objectif pour l'Europe.

Journaliste • Grégoire Lory