DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Présidentielle américaine : l'OSCE dénonce un "abus de pouvoir flagrant" de Donald Trump

Photo d'illustration pour l'élection américaine de novembre 2020
Photo d'illustration pour l'élection américaine de novembre 2020   -   Tous droits réservés  Morry Gash/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les observateurs électoraux internationaux de l'OSCE ont accusé jeudi le président américain Donald Trump "d'abus de pouvoir flagrant" pour avoir demandé l'arrêt du dépouillement des bulletins de vote avant la fin du processus.

"Ce qui est vraiment troublant, c'est que le chef d'Etat américain a demandé la fin du décompte au milieu de l'apparat présidentiel de la Maison Blanche, c'est-à-dire avec tous les insignes du pouvoir autour, en raison de sa prétendue victoire. C'était un abus de pouvoir flagrant", a dénoncé le député allemand Michael Georg Link, coordinateur des observateurs internationaux chargés de suivre ce scrutin, dans une interview au quotidien allemand Stuttgarter Zeitung.

Ce mercredi, les observateurs internationaux de l'OSCE avaient déjà vivement critiqué les "allégations infondées" du président concernant des fraudes lors de l'élection présidentielle américaine.

La mission d'observation de l'Organisation pour la Sécurité et la coopération en Europe, chargés de suivre ce scrutin, a conclu que les élections du 3 novembre "ont été disputées et bien gérées malgré les nombreux défis posés par la pandémie de Covid-19". Parallèlement, "la campagne a été caractérisée par une polarisation politique profondément enracinée qui a souvent obscurci le débat politique général et comportait des allégations sans fondement de fraude systématique."

"Des allégations sans fondement de défaillances systématiques, notamment de la part du président sortant, y compris le soir des élections, nuisent à la confiance du public dans les institutions démocratiques".
Michael Georg Link
coordinateur spécial et chef de la mission d'observation de l'OSCE

"Personne — aucun politicien, aucun élu — ne devrait limiter le droit de vote de la population", a indiqué M. Link, député allemand et coordinateur des observateurs de l'Organisation pour la Sécurité et la coopération en Europe chargés de suivre ce scrutin.

"Après une campagne aussi tendue, s'assurer que chaque vote est compté est une obligation fondamentale pour toutes les branches du gouvernement", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Alors que les résultats étaient en train de tomber dans la nuit de mardi à mercredi, Donald Trump a revendiqué prématurément sa "grande victoire" à la présidentielle américaine, accusant les démocrates de tenter de la lui "voler" en déposant des votes après la fermeture du scrutin.

"Ces déclarations par un président candidat à sa réélection sapent la confiance du public dans les institutions étatiques et ont été perçues par beaucoup comme un risque accru de violence politique après les élections", ajoute l'organisation dans un rapport préliminaire.

La mission internationale d'observation des élections aux États-Unis comprenait 102 observateurs de 39 pays, dont 50 experts et observateurs déployés par le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) de l'OSCE et 52 parlementaires et membres du personnel de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE.