DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : Jean Castex juge "irresponsable" de lever le reconfinement en France

euronews_icons_loading
Le Premier ministre français, Jean Castex, le 12 novembre 2020.
Le Premier ministre français, Jean Castex, le 12 novembre 2020.   -   Tous droits réservés  LUDOVIC MARIN/AFP
Taille du texte Aa Aa

La France est reconfinée depuis le 30 octobre dernier pour faire face à la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. Comme tous les jeudi, le Premier ministre français, Jean Castex, s'est s'exprimé pour faire le point sur la situation.

Jean Castex a débuté son intervention en rappelant que la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 est "extrêmement forte" et très "violente" en France, tout comme dans l'ensemble de l'Europe. Le Premier ministre français a indiqué qu'en ce moment dans le pays "un décès sur quatre est dû au virus".

Le locataire de Matignon a ajouté que la pression s'est encore accrue sur les établissements hospitaliers français en expliquant qu'"une personne est hospitalisée pour un diagnostique Covid-19 toutes les 30 secondes", et qu'un patient est admis "toutes les trois minutes en réanimation".

Le chef du gouvernement a précisé qu'aujourd'hui, 4 884 personnes se trouvent en réanimation. Ce qui représente 95% des capacités normales. Aussi, avec plus de 32 000 hospitalisations à ce jour, "le pic du mois d'avril" a été franchi, a-t-il ajouté.

Ce constat dressé, le Premier ministre a indiqué qu'il n'était pas encore l'heure de modifier les mesures prises dans le cadre du reconfinement, ni d'en prendre de nouvelles, "au moins pour les 15 prochains jours". Les commerces fermés le resteront donc encore pendant deux semaines. En outre, il a précisé qu'en cas d'allégement du confinement le 1er décembre "les bars et restaurants resteront fermés".

Amplifier les efforts face au confinement
Jean Castex
Premier ministre français, le 12 novembre 2020

Jean Castex a ainsi déclaré qu'il serait "irresponsable de lever et d'alléger le dispositif" et qu'il ne fallait pas "relâcher les efforts" mais plutôt "de les amplifier et respecter les règles communes".

Jean Castex a ainsi déclaré avoir demandé au ministre de l'Intérieur un renforcement des contrôles, alors que 581 000 ont déjà été pratiqués depuis le 30 octobre, occasionnant "88 455 verbalisations".

"Je remercie très sincèrement l'immense majorité des Françaises et des Français qui respectent les règles communes mais nous constatons dans certaines zones ou parties du territoire un respect encore insuffisant de ces règles", a-t-il pointé.

De plus, l'attestation dérogatoire pour circuler, l'un des symboles du confinement, sera aussi encore nécessaire après le 1er décembre.

Un allégement du confinement pour les vacances de Noël ?

Le Premier ministre a par ailleurs déclaré qu'un infléchissement était observé depuis une semaine, avec une tendance à la baisse des cas. Jean Castex espère qu'un allègement des mesures sera possible pour les fêtes de fin d'année, en ajoutant, toutefois, qu'il ne serait pas possible d'organiser de grands rassemblements entre amis ou en famille, notamment pour le réveillon du 31 décembre.

Jean Castex est également revenu sur certaines mesures inhérentes au confinement. Concernant les transports, le trafic aérien n'est qu'à 10% de son activité normale et les longs trajets en train ont baissé de 85%. Les transports en commun sont également moins fréquentés, à l'image de la RATP, la régie des transports parisiens, qui a observé une baisse de 50%. Corollaire, le télétravail a augmenté depuis 15 jours, de l'ordre de 40% dans le secteur public selon Jean Castex. Mais sur ce point, sa ministre du Travail, Elisabeth Borne, a précisé "qu'un tiers des Français ont un métier pas télétravaillable".

Cette conférence de presse de Jean Castex, où étaient également présents – outre la ministre du Travail – les ministres de la Santé, de l'Economie et de l'Education nationale, a fait suite à un conseil de défense qui a rendu dans le secret ses arbitrages ce jeudi matin.

Revoir la conférence de presse de Jean Castex et de ses ministres :