DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

À Pompéi, les archéologues découvrent les restes de deux victimes de l'éruption de l'an 79

euronews_icons_loading
À Pompéi, les archéologues découvrent les restes de deux victimes de l'éruption de l'an 79
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Ils ont vécu il y a près de 2000 ans. Deux hommes qui auraient fui l'éruption volcanique du Vésuve en l'an 79 après Jésus-Christ, lorsque Pompéi fut ensevelie. Mais les restes de ces deux hommes ont traversé les âges, jusqu'à être découverts tout récemment lors d'une fouille à environ 700 mètres au nord-ouest de Pompéi, dans une grande villa de la périphérie de la célèbre ville romaine.

"Ces deux hommes cherchaient probablement un abri, dans cet espace souterrain où ils pensaient être mieux protégés", raconte Massimo Osanna, le directeur du site archéologique. "Ils ont été emportés au petit matin par une nuée ardente qui a complètement détruit Pompéi et tué tous ceux qui étaient sur son passage. Ils sont morts probablement d'un choc thermique, comme en témoignent les membres, les pieds et les mains qui sont contractés".

Les deux victimes ont probablement été surprises par l'éruption au moment où elles tentaient de fuir. La première, un jeune homme de 1,56 m portant une courte tunique qui devait avoir entre 18 et 25 ans, était probablement un esclave, comme le laissent penser plusieurs vertèbres tassées dues à des travaux physiques éprouvants. Sa tête penchée en arrière laisse voir ses dents et son crâne.

La seconde victime a en revanche le visage tourné vers la terre, à un niveau plus bas que le reste du corps. Ses bras sont repliés avec les mains sur le torse, une position similaire à celles d'autres victimes retrouvées à Pompéi. Il s'agit d'un homme de 1,62 m, âgé de 30 à 40 ans, vêtu d'une tunique et d'un manteau et probablement le propriétaire du jeune esclave retrouvé à ses côtés.

Selon le ministre de la Culture, les archéologues ont encore 20 hectares de terrain à explorer sur le site archéologique. Cette dernière découverte rappelle que près de 2000 ans après l'ensevelissement de Pompéi, la cité romaine est loin d'avoir encore dévoilé tous ses secrets.