DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Croissance mondiale : l'OCDE entre espoir et incertitudes

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Croissance mondiale : l'OCDE entre espoir et incertitudes
Tous droits réservés  ALESSANDRO DELLA VALLE/EPA
Taille du texte Aa Aa

L'arrivée de vaccins anti-Covid éclaircit l'horizon économique mais les "perspectives à court terme" restent très incertaines. C'est le message de l'OCDE qui a revu et publié ce mardi ses prévisions de croissance au niveau mondial.

L'OCDE a publié ses perspectives pour l'économie mondiale. Pour 2020, l'Organisation de coopération et de développement économiques estime que le PIB devrait se contracter de 4,2%, une baisse légèrement moins forte que celle prévue en septembre qui était de 4,5%. En 2021, le rebond attendu s'établit à plus 4,2%, cette estimation était de 5% avant les reconfinement de l'automne.

Il y a de l'espoir, mais nous ne sommes pas encore sortis d'affaires
Angel Gurria
secrétaire général de l'OCDE

"Nous prévoyons que d'ici la fin de 2022, le PIB mondial sera inférieur de quelque 7 000 milliards de dollars - ce qui représente environ un tiers de l'économie américaine - par rapport à ce qu'il aurait été dans nos projections d'avant la pandémie. L'impact est donc plutôt massif", a souligné le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria.

Dans la zone euro, la chute d'activité a été estimée à 7,5% cette année. En 2021, la croissance devrait afficher un rebond de 3,6% et 3,3% en 2022.

Moins 7,5% de PIB dans la zone euro

La recrudescence de l'épidémie "et les mesures d'endiguement mises en place ont freiné le rythme de la reprise mondiale" souligne l'OCDE. L'institution prévient que cette tendance "devrait persister pendant un certain temps étant donné les défis à surmonter (...) avant de pouvoir distribuer un vaccin à grande échelle dans le monde".

Quant à la réponse macroéconomique, l'OCDE est sur la même ligne que le FMI : les politiques monétaires et budgétaires actuelles, expansionnistes, doivent être poursuivies, le moment n'est pas venu de serrer la vis. "S'assurer que la dette est supportable ne sera une priorité que lorsque la reprise sera sur les rails" prévient-elle.