DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Procès Charlie Hebdo : Ali Riza Polat, l'un des accusés, s'en "bat les c***"

euronews_icons_loading
Ali Riza Polat
Ali Riza Polat   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Les protestations du principal accusé se sont faites entendre au procès des attaques de Charlie Hebdo alors que les audiences ont repris après un mois d'interruption. Ali Riza Polat avait alors été testé positif au Covid-19 mais aujourd'hui celui qui est présenté comme l'ancien bras droit d'Amédi Coulibaly, le tueur de l'hypercasher, n'est, même s'il s'en défend, plus malade selon une expertise médicale.

Méhana Mouhou, avocat des parties civiles : "Il ment comme un arracheur de dents depuis trente jours. Voilà quelqu'un qui a eu le Covid, qui s'est terminé, et dont l'expert dit qu'il n'y a plus aucun signe."

Aussi présent à l'audience de ce mercredi, Michel Catalano, le patron de l'imprimerie dans laquelle s'étaient réfugiés les frères Kouachi après leur attentat à Charlie Hebdo.

"Les faits qui sont de nouveau relatés font que ça me replonge, dit-il_. J'étais arrivé ici plutôt costaud et puis je m'aperçois qu'après la plaidoirie, ça me refait un effet pareil à moi et à ma famille. Donc c'est une épreuve supplémentaire à laquelle je suis confronté et à laquelle je vais évidemment faire face, comme à chaque fois."_

J'ai vomi de la bile ! Tout ce que je demande c'est d'aller à l'hôpital ! Je m'en bats les c*** d'écouter ces salades !
Ali Riza Polat
L'un des accusés au procès Charlie

Ali Riza Polat a choqué la salle d'audience à plusieurs reprises."J'ai vomi de la bile ! Tout ce que je demande c'est d'aller à l'hôpital ! Je m'en bats les couilles d'écouter ces salades !" Dans un élan de colère, l'accusé quitte le box puis revient quelques minutes plus tard, dans une saillie ponctuée de jurons.

"Si vous intervenez de nouveau, je vous expulse, c'est clair et c'est net ! La moindre insulte monsieur, je vous expulse !", prévient le président.

Quatorze personnes au total sont jugées par la cour d'assises spéciale, dont trois en leur absence. Elles sont accusées à des degrés divers de soutien aux auteurs des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher, qui ont fait 17 morts en janvier 2015. Le verdict est attendu le 16 décembre.