DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

[Video] En patins sur un miroir de glace à Moscou

Les joies du patin à glace sur étang gelé près de Moscou
Les joies du patin à glace sur étang gelé près de Moscou   -   Tous droits réservés  Andrey Borodulin
Taille du texte Aa Aa

A Moscou, il fait froid, très froid même. Les températures qui règnent dans la capitale russe ont provoqué leurs lots de surprise. Ainsi, ce week-end, des milliers de Moscovites se sont rendus au réservoir Khimki pour admirer la pellicule de glace qui s'est formée sur cette immense réserve d'eau douce au nord-ouest de la ville.

Cette croûte de glace, suffisant solide pour qu'on puisse s'aventurer dessus, a pu se développer après plusieurs jours de gel accompagnés d'un magnifique beau temps. L'édification de ce phénomène naturel n'a donc pas été perturbé par le moindre flocon de neige. Samedi et Dimanche, le mercure est ainsi descendu à - 8° durant la journée et jusqu'à -12° lorsque le soleil s'est retiré.

Un véritable miroir lisse et transparent a ainsi recouvert la surface de cet étang artificiel, donnant lieu à un spectacle magnifique où le fond du réservoir se donnait à la vue des visiteurs. Ces derniers n'ont pas hésité à chausser leurs patins pour les plus téméraires ou à prendre leurs carnets de dessins ou leurs cannes à pêche pour les plus contemplatifs.

Le réservoir Khimki a été construit sous Staline. Il a été rempli d'eau en 1937. Lors de sa construction, des prisonniers du goulag ont été utilisés comme main-d'œuvre. Cette énorme structure, d'une superficie d'environ 3,5 km², fait partie du Canal de Moscou qui permet, grâce à la Volga, d'aller de la capitale russe à Saint-Pétersbourg et à la mer Baltique. Ce dispositif est également intégré au "système des cinq mers" qui permet à Moscou, en plus de la Baltique, d'être reliée à la mer Caspienne, la mer d'Azov, la mer Noire et à la mer Blanche.

Cette attraction a permis d'oublier, un temps, la pandémie de Covid-19 qui a provoqué plus de 47 000 morts et plus de 2,5 millions de contaminations en Russie.