DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Maisons "mère-enfant" : les excuses de l'Etat irlandais

Par Maxime Biosse Duplan
euronews_icons_loading
Maisons "mère-enfant" : les excuses de l'Etat irlandais
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Ce sont des excuses historiques. L'Etat irlandais, par la voix de son Premier ministre, s'est excusé pour le scandale des anciennes maisons pour mères célibataires, où 9 000 enfants sont morts entre 1922 et 1998.

"Je m'excuse, a déclaré Micheal Martin, pour le tort générationnel profond infligé aux mères irlandaises et à leurs enfants qui se sont retrouvés dans un foyer pour mères et bébés ou dans un foyer de comté. Comme la commission le dit clairement, ils n'auraient pas dû être là. Je m'excuse pour la honte et la stigmatisation qu'ils ont subies et qui pour certains restent un fardeau à ce jour. Et en m'excusant, je tiens à souligner que chacun de vous était dans une institution à cause des torts des autres, chacun de vous est irréprochable, chacun de vous n'a rien fait de mal et n'a pas de quoi avoir honte".

Négligence, malnutrition et maladie sont les principales causes des décès de ces milliers d'enfants, rejetés avec leur mère par une société irlandaise conservatrice et engluée dans la doctrine religieuse.

56 000 mères célibataires, parfois victimes de viol, d'inceste, et dont certaines très jeunes n'avaient aucune sorte d'éducation sexuelle, n'ont eu d'autre choix que d'aller dans ces institutions, avec leur bébé, et y ont subi une longue liste d'abus.

Nous avons adopté une morale et un contrôle religieux pervers, un jugement et une certitude morale, mais nous avons rejeté nos filles
Micheal Martin
Premier ministre irlandais

Aujourd'hui les survivants craignent que le rapport sur les maisons mères et bébés banalise le traumatisme de l'adoption forcée.

Susan Lohan est la responsable de la Adoption Rights Alliance : "Ils utilisent des termes banalisants, ils n'ont pas utilisé d'expressions telles que l'adoption forcée, l'adoption illégale, ils disent en fait qu'ils ne peuvent trouver aucune preuve que ces foyers ont été impliqués dans des adoptions illégales. J'ai des preuves du contraire".

"Nous avons adopté une morale et un contrôle religieux pervers, un jugement et une certitude morale, mais nous avons rejeté nos filles", a encore dit le Premier ministre irlandais.